Nouvelle-Aquitaine: Une enquête lancée sur les conditions de vie de 120.000 étudiants

VIE ETUDIANTE La communauté d’universités et établissements d’Aquitaine (ComUE) sollicite les 120.000 étudiants de la région Nouvelle-Aquitaine via des questionnaires sur leurs conditions de vie jusqu’au 15 avril…

Elsa Provenzano
— 
120.000 étudiants vont recevoir un questionnaire à remplir sur leurs conditions de vie.
120.000 étudiants vont recevoir un questionnaire à remplir sur leurs conditions de vie. — VALINCO/SIPA
  • Une enquête sur les conditions de vie des 120.000 étudiants de la Nouvelle Aquitaine est lancée jusqu’au 15 avril par la communauté d’universités et établissements d’Aquitaine.
  • En 2015, la première étude de ce type avait permis la création de tiers lieux et d’une épicerie sociale et solidaire.
  • Un focus est prévu sur la précarité et les pratiques culturelles du public estudiantin.

En 2015, une première étude sur les conditions de vie des étudiants avait été menée par la communauté d'universités et établissements d'aquitaine (ComUE), avec le soutien de la région Aquitaine. L’enquête, réalisée via des questionnaires envoyés par mail, est relancée cette année par la ComUE Aquitaine dans la région élargie de la Nouvelle Aquitaine, en lien avec la ComUe Léonard de Vinci et ses établissements membres.

Toute une batterie de questions, s’attachant en particulier à évaluer le niveau de précarité de ce public hétérogène et ses pratiques culturelles, est adressée aux 120.000 étudiants jusqu’au 15 avril 2018.

« La seule enquête de ce type à être menée en région »

« C’est un instrument très précieux pour les établissements, souligne le président de la ComUE d’Aquitaine, Vincent Hoffmann-Martinot. C’est la seule enquête de ce type à être menée en région ». Il précise que de nombreux établissements de formation se montrent intéressés par la démarche de cette enquête et pourraient s’y joindre à l’avenir.

L’étude permettra notamment d’évaluer les conditions de logement des étudiants, qui semblent s’être dégradées, en particulier depuis la rentrée 2017 sur la ville de Bordeaux. Les offres se sont raréfiées, notamment à cause de la captation de logements pour des locations Airbnb. Le niveau de resssources sera aussi l’un des indicateurs important pour évaluer les niveaux de précarité.

Résultats attendus avant la fin de l’été

« Après l’enquête de 2015, la ComUE avait fait remonter des demandes sur les transports en commun aux collectivités, le Crous a fait évoluer ses offres de restauration et de logement, des tiers lieux ont ouvert et une épicerie sociale et solidaire a été créée sur le campus bordelais », fait valoir Vincent Hoffmann-Martinot. Cette enquête d’ampleur va aussi permettre de mieux cerner les difficultés et les besoins d’étudiants qui viennent de l’extérieur de l’académie, comme les nombreux étudiants arrivant des Antilles et de la Réunion.

On devrait connaître les résultats de l’enquête d’ici la fin de l’été pour que des enseignements puissent en être tirés dès la rentrée 2018.