La mobilisation passe un cap chez Ford

Sophie d'Ambra - ©2008 20 minutes

— 

Deux actions pour un même but. Pendant que les syndicats du constructeur automobile seront reçus par la direction de Ford Europe à Cologne (Allemagne), les salariés pique-niqueront place Pey-Berland à Bordeaux ce midi. « Nous entendons montrer que les salariés de Blan­quefort sont en lutte pour leur avenir », explique Phi­lippe Pou­tou, délégué CGT de Ford Aquitaine Industries (FAI). La délégation de six salariés de Ford qui rencontre aujourd'hui John Fle­ming, le PDG de Ford Europe, entend défendre l'avenir du site de Blan­quefort, menacé de fermeture à l'horizon 2010.

« Pour le moment, les réunions du groupe de travail ont accouché d'une souris. On souhaite désormais que la direction mette les bouchés doubles afin de trouver des solutions », affirme Francis Wilsius. En effet, le cabinet de consultant qui a été choisi par la direction n'est toujours pas opérationnel, souligne celui qui n'a de cesse de marteler que « le temps presse ». L'intersyndicale FO-Unsa-CFTC et CGT a également appelé à une grève de 24 heures. « Nous espérons qu'au minimum 80 % des salariés suivront le mouvement », indique Francis Wilsius, secrétaire du comité d'entreprise. « Une forte mobilisation est une garantie de mettre la pression sur Ford, qui souhaite ménager son image de marque, et sur les pouvoirs publics, qui ne doivent pas rester sans rien faire », affirme le tract de l'intersyndicale, invitant les cadres et les employés de l'entreprise à se joindre au mouvement. La CGC n'a, elle, pas appelé à cette grève.