Gironde: Le test d’une circulation inter-files des motards se passe plutôt bien

SÉCURITÉ ROUTIÈRE Depuis le 1er février 2016, les motards sont autorisés à circuler en inter-files sur des voies rapides de Gironde – mais aussi en Ile-de-France, Rhône et Bouches-du-Rhône –, durant un test qui a été lancé pour quatre ans…

Elsa Provenzano

— 

L'expérimentation d'une circulation des motards en interfiles a été lancée en Gironde il y a deux ans.
L'expérimentation d'une circulation des motards en interfiles a été lancée en Gironde il y a deux ans. — HOUPLINE RENARD/SIPA
  • Deux ans après la mise en place de l’expérimentation d’une circulation inter-files des motards sur certaines voies rapides de la Gironde, les retours sont positifs.
  • La Fédération française des motards en colère de la Gironde est très satisfaite de la mise en place de la mesure, qu’elle réclame depuis 35 ans, mais demande davantage de communication de la préfecture auprès des automobilistes.

« Tout se passe au mieux », estime Yann Rouvery, membre de la Fédération française des motards en colère (FFMC) de la Gironde, en évoquant  l'expérimentation d'une autorisation pour les deux et trois roues de circuler entre deux files de voitures à certaines conditions, qui a été lancée il y a deux ans le 1er février 2016. « Il n’y a pas d’élément qui montre que ça se passe mal », confirme Didier Lallement préfet de la Gironde, rappelant que c’est une pratique encadrée. Elle doit être pratiquée uniquement sur certains grands axes du département de la Gironde (rocade bordelaise, A62, A63, A10, N10 et N89).

>> A lire aussi : Bordeaux: Top départ pour l'expérimentation de la circulation inter-files des motards

L’expérimentation, dont la prolongation doit être décidée en 2020, est réclamée par les motards depuis 35 ans, au nom « d’un partage de la route », explique Yann Rouvery. Lorsqu’ils circulent au milieu des files, les motards ne doivent pas, en principe, se déplacer à une vitesse supérieure de plus de 20 km/h par rapport aux automobilistes, soit 30 km/h si les voitures circulent à 10 km/h et ne peuvent pas excéder 50 km/h. « Dans un premier temps l’idée n’est pas de légitimer cette pratique, mais d’établir des règles », rappelait Alain Rambaud, le « Monsieur Moto» de la préfecture, lors du lancement de l’expérimentation.

Davantage de communication demandée auprès des automobilistes

L’agglomération bordelaise étant de plus en plus embouteillée, la FFMC observe un vrai regain d’utilisation du deux ou trois-roues « pratique et plus fiable sur les temps de parcours », précise Yann Rouvery. Et la circulation en inter-files est bien sûr un bon moyen pour les motards d’échapper aux bouchons.

>> A lire aussi : «Les motards ne doivent pas se sentir plus légitimes» en raison de l'expérimentation de l'inter-files

Mais, ils observent que beaucoup d’automobilistes s’étonnent encore de les voir remonter les files, puisque cette pratique encore expérimentale ne fait pas partie pour l’instant de la formation des conducteurs. Des messages pourraient par exemple défiler sur les panneaux présents sur la rocade, suggère la FFMC33.