Gironde: Un plan de 669 millions d'euros pour amener la fibre «dans toutes les maisons» d'ici à 2023

HAUT DEBIT Le Conseil départemental de la Gironde a présenté ce jeudi son plan Haut Méga, qui vise à équiper de la fibre les 410.000 foyers du département résidant en zone rurale...

Mickaël Bosredon
— 
Présentation du plan Haut Méga du conseil départemental de la Gironde, le 25 janvier 2018.
Présentation du plan Haut Méga du conseil départemental de la Gironde, le 25 janvier 2018. — M.Bosredon/20Minutes
  • Le conseil départemental de la Gironde a annoncé ce jeudi avoir désigné Orange comme délégataire de service public pour son plan Haut Méga.
  • Il s'agit d'un chantier «titanesque» pour amener la fibre dans tous les foyers des zones rurales d'ici à six ans.
  • A l'issue, la Gironde ambitionne de devenir le premier département numérique de France.

Le vaste chantier du déploiement de la fibre, ou très haut débit, à l’ensemble du département de la Gironde, va enfin pouvoir être lancé dans le courant de l’année 2018. Après plus d’un an de négociations avec l’ensemble des opérateurs de téléphonie, le conseil départemental a annoncé ce jeudi avoir choisi Orange comme délégataire pour mener ce chantier « titanesque » qui doit s’achever en 2023.

« Il faut bien comprendre que six ans pour déployer 28.000 km de fibre optique, c’est juste extraordinaire » a insisté Jean-Luc Gleyze, président PS du conseil départemental de la Gironde, rappelant que le délai initial de ce plan était de dix ans avant les négociations. Ce plan sera doté d’une enveloppe d’investissement de 669 millions d’euros, financé à hauteur d’une centaine de millions d’euros par le département, l’Europe, l’Etat, la région et les communautés de communes. Le reste proviendra de la commercialisation de ce réseau par Orange aux utilisateurs et autres opérateurs.

Les opérateurs refusent de s’aventurer en zones rurales

L’enjeu est d’équiper les 410.000 foyers girondins ne résidant pas dans la métropole bordelaise ni sur Libourne, les deux seuls secteurs qui sont déjà en cours d’équipement par les opérateurs. Ces derniers refusaient jusque-là de s’aventurer dans les zones rurales du département, le manque de densité de population leur faisant craindre un manque de rentabilité.

D’où l’intervention du conseil départemental, qui estime qu’il ne peut y avoir « une Gironde à deux vitesses, ni à deux débits. » « Ce n’est pas acceptable que les opérateurs disent qu’il n’y a que deux secteurs rentables en Gironde, surtout quand on sait que l’usage d’internet progresse de 30 % chaque année, poursuit Jean-Luc Gleyze. Il y a un vrai ras-le-bol, une lassitude des administrés en Gironde, c’est pourquoi nous avons entériné qu’il y avait nécessité d’une opération coup de poing. »

Le vice-président qui porte ce dossier, Matthieu Rouveyre, explique de son côté que la population en zone rurale est contrainte « de se partager une connexion figée sur des installations anciennes, si bien que lorsque tout le monde se connecte à 17 h, et bien ce la ne donne pas grand-chose. Dans les réunions publiques que j’ai menées, des personnes m’ont expliqué être obligées de se lever la nuit pour envoyer des mails avec des pièces jointes ! »

Démarrage des travaux partout en même temps

Le plan Haut Méga amènera ainsi la fibre « dans toutes les maisons, même les plus isolées » avec « des débits exceptionnels. » Et « le démarrage des travaux se fera dans toutes les intercommunalités dès la première année » a assuré Jean-Luc Gleyze. Les zones les plus saturées seront toutefois priorisées en début de calendrier. Il sera possible de connaître la date prévue des travaux dans son secteur à partir du deuxième trimestre 2018, via le site girondehautmega.fr.

A l’issue de ce chantier, la Gironde ambitionne de devenir « le premier département numérique de France. »