Rythmes scolaires à Bordeaux: Retour à la semaine de 4 jours, en septembre 2018

EDUCATION La Ville de Bordeaux revient sur la réforme des rythmes scolaires à partir de la rentrée prochaine, après une consultation menée auprès du personnel éducatif et des parents…

Elsa Provenzano

— 

Un enfant dans une école maternelle à Bordeaux, en septembre 2013.
Un enfant dans une école maternelle à Bordeaux, en septembre 2013. — S. ORTOLA / 20 MINUTES
  • Le maire de Bordeaux annonce le retour à la semaine de quatre jours à partir de septembre 2018.
  • Il met en avant la consultation du personnel éducatif et des parents, majoritairement opposés à la réforme des rythmes scolaires mise en place il y a deux ans, pour justifier cette décision.
  • Alain Juppé a également annoncé que le retrait de la vaisselle en plastique des cantines bordelaises serait effectif en octobre 2018, puisqu’un marché public doit être lancé pour l’achat d’assiettes en verre trempé.

A partir de septembre 2018, la municipalité souhaite que les 103 écoles Bordelaises fréquentées par environ 17.000 élèves reviennent à la semaine de quatre jours, a annoncé ce lundi Alain Juppé.

Cette demande de dérogation de la Ville doit encore être validée par le recteur et le directeur académique, ce qui ne devrait a priori pas poser de difficultés. Les prochains mois vont servir à ajuster les emplois du temps, modulables d’une école à l’autre.

>> A lire aussi : Gironde: Plusieurs villes vont faire machine arrière sur la réforme des rythmes scolaires

Un souhait des parents et des enseignants

« C’est ce que souhaitent les parents et les enseignants, argumente le maire de Bordeaux. C’est ce qui ressort des 6.051 retours que nous avons eus sur les 12.000 familles consultées ». Environ 60 % des familles interrogées sont favorables à cette mesure. 87 % des conseils d’écoles, qui rassemblent des représentants du personnel éducatif, de la mairie et des parents d’élèves, ont été consultés sur la question. Il en ressort qu’à 80 %, ils se prononcent en faveur d’un retour à l’ancien modèle.

>> A lire aussi : Rythmes scolaires: Quelles villes veulent revenir à la semaine de 4 jours? Quelles villes ne changent rien?

Beaucoup font valoir que le rythme d’une semaine à quatre jours et demi n’est pas facile à tenir pour les enfants. « Pour peu qu’ils soient un peu malades ou tout simplement fatigués, le rythme est dur à tenir pour les enfants dans ce cas-là. Le jour de repos du mercredi leur permet de récupérer pour attaquer la fin de semaine », estime un papa sur la page Facebook de 20 Minutes Bordeaux. « La pause méridienne est trop longue les enfants le disent et à la fin de la semaine ils sont épuisés », confirme une maman.

Aujourd’hui le coût des temps d’activités périscolaires est estimé au total à 3,7 millions d’euros par an, et à un coût net pour la ville de 2,9 millions d’euros une fois déduites les aides de l’Etat. « Mais la réouverture des centres d’accueil et de loisirs le mercredi a un coût, précise Alain Juppé, qui se défend d’une décision purement budgétaire. L’économie résiduelle ne devrait pas être très supérieure à un million d’euros ».

>> A lire aussi : Changement de rythme pour les écoliers à Bordeaux

Selon la consultation menée par la mairie, environ 40 % des écoliers Bordelais devraient s’inscrire dans ces centres de loisirs. 40 % seraient gardés par des proches ou des tiers et le reste des enfants profiteraient du mercredi pour pratiquer des activités extrascolaires.

La vaisselle changée dans les cantines à l’automne 2018

Le maire de Bordeaux a profité de cette annonce qui concerne le champ éducatif pour préciser que le retrait de la vaisselle en plastique des cantines Bordelaises, annoncé en septembre 2017 au nom du principe de précaution, serait effectif en octobre 2018.

Il faut que la Ville lance un marché public, ce qui prend environ 6 mois, pour s’équiper en vaisselle en verre trempé, un matériau dont l’innocuité satisfait à la fois le collectif Cantine Sans Plastique inquiet de la présence de perturbateurs endocriniens dans les plastiques et les agents, puisqu’il est moins lourd que la porcelaine, utilisée avant le plastique.

>> A lire aussi : Les parents d’élèves de plusieurs villes de France en guerre contre le plastique à la cantine

Les barquettes en plastique dans lesquelles sont réchauffés les plats vont aussi être remplacées par des contenants en cellulose. « Le plastique, c’est fini », assure Emmanuelle Cuny, adjointe au maire en charge de l’éducation.