Nuit des Banquets à Bordeaux: Au milieu des voitures de collection, les chefs ont régalé aux Ateliers Paul Bracq

GASTRONOMIE Quelque 27 banquets concoctés par une centaine de chefs girondins étaient organisés samedi soir pour Bordeaux S.O. Good. Parfois dans des lieux très insolites comme celui installé au sein des Ateliers Paul Bracq à Bacalan...

Mickaël Bosredon

— 

Banquet "Le garage gastronomique des 60'S" aux Ateliers Paul Bracq, pour Bordeaux S.O. Good Lancer le diaporama
Banquet "Le garage gastronomique des 60'S" aux Ateliers Paul Bracq, pour Bordeaux S.O. Good — M.Bosredon/20Minutes
  • Les Ateliers Paul Bracq sont spécialisés dans la rénovation de Mercedes Pagode, un modèle mythique de la marque des années 1960.
  • C'est un Bordelais, Paul Bracq, qui a dessiné ce modèle.
  • Samedi soir, les Ateliers ont accueilli un banquet signé par trois chefs girondins, au milieu des voitures de collection.

Le maître des lieux Boris Bracq était tout excité. Mais nerveux aussi. « Ce banquet au milieu des voitures c’est génial… Mais j’espère que les gens ne vont pas trop toucher aux véhicules. » Ici, Boris Bracq n’entretient et ne rénove que des Mercedes Pagode. Des pièces d’une valeur de plusieurs dizaines de milliers d’euros et sur lesquelles il a parfois effectué plusieurs mois de travail.

>> A lire aussi : Bordeaux: Dans le ventre de la mythique Mercedes Pagode grâce à la Nuit des Banquets

Banquet
Banquet - M.Bosredon/20Minutes

Passionné de voitures, il a ouvert cet atelier il y a quatre ans. Son père, Paul Bracq, n’est rien moins que le designer de la Mercedes Pagode, véhicule mythique de la marque allemande des années 1960.

Paul Bracq, le concepteur de la Mercedes Pagode, et son fils Boris, qui a ouvert les Ateliers Paul Bracq à Bordeaux.
Paul Bracq, le concepteur de la Mercedes Pagode, et son fils Boris, qui a ouvert les Ateliers Paul Bracq à Bordeaux. - M.Bosredon/20Minutes

Quelque 3.000 convives sur 27 lieux pour la Nuit des Banquets

Cette année, Bordeaux S.O. Good avait jeté son dévolu sur cet atelier caché au fin fond du quartier Bacalan, pour être l’un des 27 lieux à accueillir un banquet. La Nuit des Banquets est devenue le point d’orgue de la manifestation gastronomique organisée par la CCI de Bordeaux, qui a démarré vendredi et s’achève ce dimanche soir. Samedi soir, environ 2.100 convives ont ainsi pu déguster des plats de grands chefs à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac, aux Halles de Bacalan, dans un salon du palais de la Bourse ou encore à l’Hôtel de la Tresne.

>> A lire aussi : Bordeaux: Les trois temps forts de «Bordeaux S.O. Good» qui démarre vendredi

Une soixantaine de convives ont participé à la Nuit des Banquets de Bordeaux S.O. Good aux Ateliers Paul Bracq.
Une soixantaine de convives ont participé à la Nuit des Banquets de Bordeaux S.O. Good aux Ateliers Paul Bracq. - M.Bosredon/20Minutes

Aux Ateliers Paul Bracq, ce sont Daniel Gallacher, chef du restaurant Racines à Bordeaux, Pascal Nibaudeau, chef du Pinasse Café au Cap-Ferret (une étoile) et Victor Ostronzec, chef du restaurant Soléna à Bordeaux, qui ont conçu un menu « Garage gastronomique des 60’S. » Le tout mis en musique par le traiteur bordelais Maison Dulou et son chef Philippe Cohen.

De gauche à droite, les chefs Daniel Gallacher, Philippe Cohen, Pascal Nibaudeau et Victor Ostronzec.
De gauche à droite, les chefs Daniel Gallacher, Philippe Cohen, Pascal Nibaudeau et Victor Ostronzec. - M.Bosredon/20Minutes

Des chefs qui mettent la main à la pâte

Escalope de foie gras poêlée en entrée, Boeuf Wellington en plat principal, un pré-dessert signé Kevin Rocher, une sublime pomme caramel au cidre et fleur de sel, et enfin le dessert, signé Victor Ostronzec, un magnifique Baba « cool » imbibé avec mandarines confites et crémeux parfumé au piment d’Espelette. Le repas était impeccable.

Escalope de foie gras poêlée, bouillon de légumes oubliés, par Daniel Gallacher
Escalope de foie gras poêlée, bouillon de légumes oubliés, par Daniel Gallacher - M.Bosredon/20Minutes

 

Boeuf Wellington par Pascal Nibaudeau.
Boeuf Wellington par Pascal Nibaudeau. - M.Bosredon/20Minutes
Baba «cool» imbibé, mandarines confites et crémeux parfumé au piment d'Espelette par Victor Ostronzec.
Baba «cool» imbibé, mandarines confites et crémeux parfumé au piment d'Espelette par Victor Ostronzec. - M.Bosredon/20Minutes

Et la soixantaine de convives qui participait à l’événement a eu le privilège de se faire servir par les chefs eux-mêmes, venus mettre la main à la pâte. « Vous savez, dans mon établissement, c’est assez courant » souligne cependant Victor Ostronzec, qui a ouvert la Soléna il y a un an et demi, après neuf années passées en tant que second au Gabriel.

« Le partage des tâches s’est fait assez naturellement »

« Ce genre d’événement c’est génial, cela nous permet de sortir la tête de l’eau car toute l’année on est dans nos cuisines » explique le jeune chef (34 ans). Celui qui a été récompensé il y a quelques jours d’un titre de « Grand de demain » par le Gault-et-Millau 2018, était l’objet de nombreuses discussions à table. Et son dessert a confirmé tout le bien qui se dit sur lui.

Victor Ostronzec dans les cuisines aménagées au sein des Ateliers Paul Bracq.
Victor Ostronzec dans les cuisines aménagées au sein des Ateliers Paul Bracq. - M.Bosredon/20Minutes

« J’ai essayé de reproduire la même cuisine que je fais toute l’année, et là ce soir on a un super traiteur avec nous. Travailler à trois pour élaborer ce menu c’était très bien, car chacun d’entre nous a une cuisine un peu différente, on s’est réuni en amont pour préparer tout cela. Le partage des tâches s’est fait assez naturellement. »

Ostronzec, après le Gault et Millau, le Michelin ?

La distinction du Gault et Millau, Victor Ostronzec en est ravi. « Cela fait du bien, car on se donne beaucoup de mal toute l’année. Quand j’ai repris la Soléna il y a un an et demi il y avait beaucoup d’appréhension. On s’inquiète toujours de savoir si cela va marcher. Pour l’instant c’est le cas. Ouvrir mon établissement, c’était mon objectif depuis le départ, il y a 20 ans. »

Prochaine étape, l’étoile Michelin ? « En vingt ans je n’ai connu quasiment que des restaurants étoilés, je sais ce que cela veut dire en terme de qualité, d’exigence, de rigueur. Alors, effectivement si cela nous arrive j’en serai ravi. Et je serai le plus heureux. »