Avis de tempête en eaux calmes

Sophie d'Ambra - ©2008 20 minutes

— 

Pique-niquer au banc d'Arguin, prendre un verre sur l'île aux Oiseaux... Autant de bonheurs que les plaisanciers du Bassin d'Arcachon ont bien cru voir disparaître. Tout a commencé avec la mise en place de groupes de travail réunissant, sous l'autorité des affaires maritimes, des associations de protection de l'environnement, des plaisanciers et des professionnels de la mer. Leur mission : synthétiser dix-huit des vingt-trois arrêtés préfectoraux qui régissent le nautisme sur le Bassin d'Arcachon en un seul.

Si la navigation, l'ancrage dans les esteys et les limitations de vitesses n'ont pas été des sujets de discorde, le ton est monté sur le problème des mouillages au Banc d'Arguin, sur l'île aux Oiseaux et au Courbey. « Sous prétexte que nous polluons, ils vont à l'encontre de la liberté totale de naviguer », regrette Mireille Denéchaud, de l'Union nationale des associations de navigateurs (Unan) 33. Navigateurs et professionnels se sont donc opposés à cette interdiction. « Il semble que les autorités aient renoncé aux interdictions d'encrer sur l'île aux Oiseaux et au Banc d'Arguin. Mais elles maintiennent celle du Courbey », affirme Mireille Denéchaud qui reste cependant prudente.

Les dernières frictions portent sur l'interdiction de stationner plus de douze heures sur le plan d'eau. « Nous espérons obtenir, lors de la prochaine réunion, un élargissement de ces horaires », souligne la présidente de l'Unan. Selon elle, nombre de plaisanciers du fond du Bassin d'Arcachon, qui jouent avec les marées pour naviguer, ont déjà menacé de vendre leur bateau pour aller ailleurs.