Bordeaux: The Cure, Iggy Pop, Metallica, The Clash... la salle du Grand Parc collecte ses souvenirs avant de renaître

CULTURE Construite en 1965, la salle des fêtes du Grand Parc a été fermée en 1995 à cause de problèmes de sécurité. Une collecte de souvenirs autour de ce lieu devenu mythique commence ce mercredi, avant sa réouverture fin juin 2018…

Elsa Provenzano

— 

Visuel de synthèse de la future salle des fêtes du Grand Parc réhabilitée.
Visuel de synthèse de la future salle des fêtes du Grand Parc réhabilitée. — Christophe Hutin architecture
  • La salle des fêtes du Grand Parc a connu un véritable apogée dans les années 80, accueillant de grands noms du rock comme The Cure, Iggy Pop, Metallica, The Stranglers, The Clash etc.
  • Elle est en cours de réhabilitation et avant sa réouverture en juin 2018, la mairie de Bordeaux collecte auprès des habitants les affiches, tickets d’entrée et autres documents qui témoignent de la grandeur passée du lieu. Ils seront mis en scène lors d’une exposition présentée pour l’inauguration.

Laissée à l’abandon depuis 1995, date de sa fermeture pour des raisons de sécurité, la salle des fêtes du Grand Parc à Bordeaux, construite en 1965, va retrouver toute sa superbe bientôt, sa réouverture étant annoncée par la mairie de Bordeaux pour fin juin 2018.

>> A lire aussi : Bordeaux: La qualité de l'air des boulevards désormais mesurée

A partir de ce mercredi et jusqu’au 22 décembre, une collecte de souvenirs autour du passé de cette salle est organisée dans l’objectif de constituer une exposition, qui sera présentée lors de l’inauguration des lieux. Les affiches, tickets d’entrée, photos prises lors des concerts ou récits d’anecdotes peuvent être déposés (et numérisés) à la Maison du projet, 36 rue Louis Gendreau. Ceux qui ont eu la chance d’y voir des légendes comme The Cure, Iggy Pop, Bob Marley, Metallica, The Stranglers, Texas, The Clash, Joe Jackson, Jean-Jacques Goldman, les Rita Mitsouko ou d’autres et qui en ont gardé une trace sont les bienvenus.

Visuel de synthèse de l'intérieur de la future salle réhabilitée.
Visuel de synthèse de l'intérieur de la future salle réhabilitée. - Christophe Hutin architecture

Peu de choses changées

Le bâtiment, mêlant béton et métal, et conçu par l’architecte Claude Ferret devrait garder son âme. Les 27.000 carreaux de mosaïque de la façade ont même été enlevés pour être rénovés et réinstallés. A l’intérieur, assez peu de choses changeront dans la configuration des lieux, hormis la disparition de la fosse d’orchestre. « J’y ai vu sombrer des chanteurs, pris par la ferveur de la scène, se souvient José Ruiz, président de l’association Bordeaux Rock. Je me rappelle de Stiv Bators qui s’est blessé gravement en y chutant et qui a joué en fauteuil roulant le lendemain. »

José Ruiz y a joué plusieurs fois avec son groupe Stilettos dans les années 80 alors qu’il avait 25 ans. « C’était une salle à l’acoustique agréable, avec un plateau large et profond qui permettait de voir une grande partie du public », témoigne-t-il. Un de ses meilleurs souvenirs comme musicien est d’avoir joué en première partie de The Real Kids, un groupe de punk rock venu de Boston qui s’est reformé il y a trois ans. « On avait adapté une de leurs chansons en français et quand ils l’ont joué, ils ont chanté une petite partie en français, c’était particulièrement valorisant et inoubliable ! »

>> A lire aussi : Bordeaux: Indochine, Bernard Lavilliers, Véronique Sanson... L'agenda de l'Arena se remplit

« Avec 600 places assises et 1.200 places debout, quand l’Arena de Floirac va commencer à 2.000 pour aller jusqu’à proposer 11.000 sièges, la salle aura une jauge recherchée, du même ordre que celles du Krakatoa (Mérignac) ou du Rocher de Palmer (Cenon), estime Fabien Robert, adjoint au maire en charge de la culture. Selon notre étude de marché, les tourneurs pourraient être très intéressés par cette salle toute neuve, bien équipée, en plein Bordeaux, et accessible par le tramway. » A l’occasion de l’inauguration, l'association Bordeaux rock prépare un « panorama de 40 ans de musique rock à Bordeaux », annonce Ayméric Monségur, directeur de l'association, avec la reformation de groupes bordelais qui ont fait des premières parties de grands groupes. L'idée est de lancer ce nouvel équipement en rappelant qu'il a été un lieu culte des années 80. 

>> A lire aussi : Bordeaux: Les Gun's n' Roses joueront au stade Matmut en juin 2018

Un lieu polyvalent

A  l’intérieur on trouvera une galerie d'exposition, une cafétéria et une salle pour les associations, en plus de la salle de concert. Au-delà de producteurs privés, la salle des fêtes a vocation à accueillir des actions de quartier (portées par le centre social, le centre d’animation et les associations) et les programmations de structures locales (Allez les filles ! La Rock School Barbey etc.) Un comité des fêtes, réunissant habitants du quartier et acteurs culturel, aura un rôle consultatif, sans lien avec la programmation. « L’idée est que les locations par des tourneurs puissent financer les actions des associations locales », résume Fabien Robert.

L’engagement sur le projet de réhabilitation a commencé en 2010, avec un début des travaux lancé en septembre 2016, et mobilise 7,4 millions d’euros, financés à 80 % par la municipalité bordelaise.