Le CE de Ford cale au tribunal

Marie-Dominique Dubois - ©2008 20 minutes

— 

« Il n'existe aucun trouble manifestement illicite, ni aucun dommage imminent dont seraient victimes le comité d'entreprise (CE) de la société Ford Aquitaine et le cabinet d'expertise Sécafi Alpha. » Hier, le président des référés du tribunal de grande instance de Bordeaux a rendu son verdict concernant le référé introduit par le CE de Ford. Ce dernier avait engagé en début d'année une procédure à l'encontre des dirigeants de l'usine pour délit d'entrave. Principaux motifs de la requête : le refus de la direction de communiquer les informations nécessaires pour envisager l'avenir des 2 000 salariés et l'impossibilité pour le CE d'exercer de manière efficace la procédure d'alerte, avec le cabinet d'expertise Sécafi Alpha. Mais pour le président des référés, « il n'y a aucun défaut de communication, entre autres, du plan budgétaire 2009-2010 et du bilan social. Ce dernier sera remis aux déboutés en avril, conformément à l'obligation légale ».

« C'est très décevant car le cabinet d'experts avait besoin de ces documents au plus vite pour poursuivre sa mission », déplore Antoine Martos, secrétaire adjoint au CE de Ford. Mais cette décision de justice ne change rien à la mobilisation des salariés. Ce week-end, à Bruges et Bordeaux, ils n'ont pas cessé la distribution de tracts pour dénoncer l'annonce de la fermeture du site en 2010. Par ailleurs, ils attendent des résultats suite à la désignation du médiateur Jean-Claude Barbier, directeur de la direction départementale du travail, pour que des solutions soient proposées.