Bordeaux : La mère des cinq nourrissons retrouvés congelés sera jugée en 2018

JUSTICE Au printemps 2015, les corps de cinq bébés avaient été retrouvés dans le congélateur d’une famille girondine. La mère sera jugée au cours du premier semestre 2018 devant la Cour d’Assises de la Gironde. Le mari a bénéficié d’un non-lieu…

E.P. avec AFP

— 

La mère sera jugée au premier semestre 2018 devant la Cour D'Assises de la Gironde.
La mère sera jugée au premier semestre 2018 devant la Cour D'Assises de la Gironde. — E.Provenzano / 20 Minutes

La mère decinq bébés découverts morts au printemps 2015, dans le congélateur du domicile familial de Louchats en Gironde, sera jugée au premier semestre 2018 à Bordeaux, sans son mari qui a bénéficié d’un non-lieu, a indiqué mercredi la cour d’appel de Bordeaux.

>> A lire aussi : Affaire des bébés congelés en Gironde: La mère mise en examen et le jardin fouillé

L’accusée, Ramona Canete, 38 ans, devra répondre de cinq « meurtres sur mineurs » commis sur les nouveaux nés qu’elle avait mis au monde entre mars 2005 et mars 2015, selon la cour d’appel, confirmant une information du quotidien Sud Ouest.

Son époux, Juan-Carlos Canete, initialement mis en examen pour non-dénonciation de crimes et recel de cadavres, ne sera pas sur le banc des accusés. Le juge d’instruction a prononcé en sa faveur un non-lieu, confirmé par la chambre de l’instruction après un appel des parties civiles. Cet ouvrier agricole a toujours affirmé ne pas s’être aperçu des grossesses successives de sa femme.

>> A lire aussi : Gironde: au total cinq corps de bébés retrouvés morts dans une maison

Une famille sans histoires

C’est le père de famille lui-même qui a donné l’alerte le 19 mars 2015, après la découverte du corps d’un bébé placé dans un sac isotherme, au domicile du couple. L’autopsie pratiquée sur ce bébé de sexe masculin, vraisemblablement né quarante-huit heures avant sa découverte, avait révélé qu’il était né viable. A Louchats, les gendarmes avaient rapidement trouvé quatre autres corps de nourrissons dans un congélateur de la maison.

La famille, composée en outre de deux filles adolescentes au moment où le drame avait éclaté, n’était pas connue des services judiciaires ni de l’assistance éducative.