Bordeaux: Pour lutter contre le harcèlement, TBM teste l'arrêt à la demande sur deux lignes de bus

TRANSPORTS L’objectif est de déposer le voyageur au plus près de son domicile après 22 h, dans un souci de lutte contre le harcèlement…

Mickaël Bosredon

— 

Nouveau logo TBM sur un bus de la Lianes 1+ à Bordeaux
Nouveau logo TBM sur un bus de la Lianes 1+ à Bordeaux — M.Bosredon/20Minutes

C’est une première à Bordeaux et elle s’adresse à « tous les voyageurs nocturnes, homme ou femme ». A partir de ce lundi, 22 h, TBM (Transports de Bordeaux Métropole) teste sur deux lignes de bus, la 7 et la 10, l’arrêt à la demande pour tous les voyageurs qui le souhaitent. « Son utilité réside dans le fait de déposer le voyageur au plus près de son domicile en soirée » explique le transporteur dans un communiqué.

>> A lire aussi : Incivilités, insécurité... quels sont les freins à la mobilité des femmes à Bordeaux?

Grande variété des secteurs desservis

L’expérimentation durera 6 mois, et « s’inscrit dans la lutte contre le harcèlement dans les espaces publics ». Les lignes choisies pour ce dispositif desservent des secteurs variés : zones d’activités et commerciales, campus ou encore quartiers denses. « En soirée, un trop long trajet à pieds après être descendu du bus peut freiner la mobilité de certains voyageurs. »

La montée entre 2 arrêts ne fait en revanche pas partie de l’expérimentation. En mai 2016, la Ville de Nantes, après une expérimentation de six mois de l’arrêt à la demande sur l’ensemble de ses dessertes nocturnes, avait pérennisé le dispositif.