L'usine Ford en panne sèche

Orianne Dupont - ©2008 20 minutes

— 

Dès aujourd'hui, une partie des salariés de Ford Aquitaine industries (FAI) se retrouve au chômage technique. Faute de pièces, l'usine de Blanquefort, bloquée par les ouvriers pour protester contre sa fermeture prévue pour mars 2010, n'est plus en mesure de produire des boîtes de vitesses. La nouvelle a été officialisée samedi, par un courrier aux salariés. « Le mouvement continue, comme on l'a décidé en assemblée générale, affirme le délégué CGT Philippe Poutou. Demain [aujourd'hui, ndlr], nous allons embaucher comme si de rien n'était. La direction n'est pas claire : on est censé appeler pour savoir si on travaille ou pas ! » Les syndicats savent qu'ils risquent une assignation de Ford au tribunal aujourd'hui pour les obliger à lever le blocage, bien que le porte-parole du groupe ait assuré le contraire en fin de semaine : « Nous n'envisageons pas d'assignation. Les contacts ne sont pas rompus. Nous essayons de trouver une option pour que le travail reprenne. » Des propositions, jugées « intéressantes » par Ford, ont d'ailleurs été faites aux salariés : des négociations salariales ou des primes de départ aussi avantageuses que celles du plan de départ de 2005. Rien n'y fait, les salariés réclament du concret et un engagement de l'équipementier automobile au-delà d'avril 2010, date de la fin des commandes de Ford à FAI. « On ne se sent pas vraiment plus écoutés aujourd'hui, estime Philippe Poutou. On ne sait pas exactement vers quoi on va, mais si la direction veut la reprise du travail, elle va devoir céder sur certains points. »