Bordeaux: Jouer au Matmut Atlantique, un vrai dilemme pour l'UBB

RUGBY L’Union Bordeaux-Bègles, qui reçoit Toulon ce samedi (16h45), a dû mal à remplir l’enceinte bordelaise lors de ses délocalisations…

Clément Carpentier

— 

Le premier match de l'UBB au Matmut Atlantique face à Toulon avait attiré 38.000 spectateurs.
Le premier match de l'UBB au Matmut Atlantique face à Toulon avait attiré 38.000 spectateurs. — Nicolas Tucat.
  • L’UBB joue trois matchs par saison au Matmut Atlantique
  • Les matchs sont médiatisés et le stade beaucoup plus fonctionnel pour le public
  • Les délocalisations ne sont pas rentables pour le club notamment à cause des affluences décevantes

C’était il y a près de deux ans, le 28 janvier 2016. Ce jour-là, Laurent Marti arbore un large sourire aux côtés des dirigeants de la société SBA, gestionnaire du Matmut Atlantique. Le président de l’Union Bordeaux-Bègles vient de signer un contrat portant sur la programmation de trois matchs de son équipe chaque année, jusqu'en 2018, dans la toute nouvelle enceinte bordelaise.

Laurent Marti au Matmut Atlantique.
Laurent Marti au Matmut Atlantique. - Nicolas Tucat.

Aujourd’hui, ce n’est plus la même affaire. Laurent Marti n'est pas complètement satisfait de ces délocalisations (l’UBB joue une grande partie de ses rencontres au stade Chaban-Delmas) au point d'hésiter à renouveler ce partenariat : « On discute. On attend de voir cette saison. On prendra une décision seulement après. » Alors à l’heure de recevoir Toulon, ce samedi (16h45), le Matmut Atlantique vaut-il vraiment le coup pour l’UBB ?

>> A lire aussi : VIDÉO. Arcachon : Entraînement poids lourd pour les rugbymen de l’UBB

Oui car cela reste un merveilleux outil 

Si le stade affiche rarement guichets fermés depuis son inauguration en 2015, il reste un outil de très haute qualité surtout pour l’Union Bordeaux-Bègles. Il est vrai que malgré tout son charme et son histoire, le stade Chaban-Delmas commence à faire son âge. Au Matmut Atlantique, les supporters sont bichonnés. L'UBB arrive par exemple à avoir un très bon de taux de remplissage de ses loges.

Loann Goujon retrouvera les Toulonnais, ce samedi au Matmut Atlantique.
Loann Goujon retrouvera les Toulonnais, ce samedi au Matmut Atlantique. - Nicolas Tucat.

Cette enceinte permet aussi au club bordelais d’accaparer les objectifs sur lui. Les matchs sont systématiquement diffusés sur Canal+. La médiatisation est souvent forte puisqu’il s’agit normalement des plus belles affiches de la saison (Toulon, Racing 92 ou encore Clermont). Enfin, il permet d’accueillir en nombre les supporters adverses notamment du sud-ouest pour faire le fête comme ce sera le cas face à La Rochelle (23 décembre) et le Stade Toulousain (3 mars) cette saison.

>> A lire aussi : Pyrénées-Atlantiques: Une énorme bagarre générale éclate lors d’un derby

Non car ce n’est pas rentable 

Malheureusement pour elle, l’UBB doit faire avec deux points noirs. Le premier, celui qui chagrine le plus Laurent Marti, c'est l’affluence : « On est vraiment déçu là dessus. » Si l’Union Bordeaux-Bègles avait réussi à attirer 38.000 personnes pour le premier match de son histoire au Matmut Atlantique contre Toulon en 2016, l’affluence moyenne n’est que de 28.700 spectateurs en six rencontres dans cette enceinte de 42.000 places.

L’autre difficulté pour le président bordelais se situe sur le plan financier. À l’heure actuelle, une délocalisation coûte plus cher à l’UBB qu’elle ne lui rapporte au final. Vaut-il mieux la jouer petit bras dans une grosse ambiance à Chaban-Delmas ou sortir strass et paillettes devant certains gradins à moitié vides au Matmut Altantique ? Tout le dilemme est là.

>> A lire aussi : Gros sous: Le rugby pro pèse plus d'un milliard d'euros dans l'économie française