Pierre-Ambroise Bosse et Kevin Mayer, les deux nouvelles stars de l'athlétisme français.
Pierre-Ambroise Bosse et Kevin Mayer, les deux nouvelles stars de l'athlétisme français. — — Kirill Kudryatev / David Leal-Olivas

ATHLÉTISME

Décastar: Bosse, Mayer... Une nouvelle notoriété (attention danger!) à apprivoiser

Si l’un sera bien présent à Talence ce week-end, l’autre a dû décliner l’invitation après son agression…

  • Certains « prennent une claque » après un titre.
  • Savoir dire non et s’entourer des bonnes personnes.
  • Le nouvel enjeu des réseaux sociaux.

Les organisateurs du Décastar se languissaient de leur « affrontement » depuis plusieurs semaines. Depuis, ce jour où le Girondin Pierre-Ambroise Bosse a annoncé qu’il défierait « son pote » Kevin Mayer lors du décathlon de Talence. Malheureusement, le champion du monde a été sauvagement agressé, fin août, à Gujan-Mestras. Et selon Pierre-Ambroise Bosse, son nouveau statut n’y était pas pour rien… Alors comment doit-on gérer une nouvelle notoriété à l’image des deux nouvelles stars de l’athlétisme français ?

>> A lire aussi : Pierre-Ambroise Bosse a «failli perdre un œil» suite à sa violente agression

Pas toujours préparé au choc 

À écouter le champion du monde de 800 mètres sur RTL, cela peut-être très compliqué notamment avec le public : « Je n’avais pas calculé l’impact du titre de champion du monde, c’était assez perturbant. Il y a eu un très très gros mouvement de foule, j’avais vraiment l’impression d’être une rock star. » Et on connaît la suite de cette triste soirée pour lui. En effet, apprivoiser un nouveau statut n’est donné à tout le monde comme le confirme, Émilie Andéol : « Ça vous tombe sur la tête. Moi, je n’étais pas prête du tout à ça après mon titre olympique. On prend une énorme claque. »

La judokate, originaire de Marcheprime, cite souvent en exemple ces journées médiatiques interminables. Mais, c’est surtout la foule qui peut lui faire peur : « Ils peuvent arriver tous d’un coup sur vous alors je préfère à chaque fois prévenir que tout le monde aura sa photo ou son autographe. Mais, laissez-moi respirer s’il vous plaît. » À ce sujet, « tout dépendrait de la personnalité et du tempérament du sportif » selon Victor Lemée de Digital Sports Solutions,

>> A lire aussi : Après son agression, Pierre-Ambroise Bosse donne des nouvelles et remercie ses nombreux soutiens

Savoir s’entourer et dire non 

Celui qui s’occupe notamment de la communication de rugbymen de l’Union Bordeaux-Bègles parle aussi de l’importance de l’entourage : « C’est bien d’avoir un coach mental, un agent ou quelqu’un qui gère les relations presse. Ça permet de filtrer. » D’ailleurs, Corinne Bosse, la mère du champion du monde girondin ne s’inquiète pas outre mesure pour son fils : « Il est très bien entouré même si maintenant tout est différent pour lui. Nous, on est toujours là. Nous sommes les piliers. Je suis sûr qu’il va s’en sortir. »

Émilie Andéol, elle, se gère toute seule avec l’aide de son frère. Et la championne olympique de Rio est peut-être du genre radical : « Après mon titre, je suis partie en vacances loin de tout. On s’échappe d’une certaine manière et si dans une soirée privée où je suis avec des amis ou de la famille, les gens commencent à venir me voir, je dis stop tout de suite. » Tout en faisant attention de ne pas échauder le public.

>> A lire aussi : Athlé: Kevin Mayer répond à un tweet raciste et c'est assez savoureux

Le rôle des réseaux sociaux

En effet, tout l’enjeu d’une nouvelle notoriété est là. Se préserver tout en restant la même personne. « Les réseaux sociaux sont utiles pour ça. Ils permettent de mettre de la distance sans se couper du public », explique Victor Lemée. D’ailleurs, on notera au passage que Pierre-Ambroise Bosse a communiqué en premier lieu sur Facebook depuis son agression.

« Le sportif doit être honnête avec lui-même. Suis-je prêt ou pas ? Il ne doit surtout pas se mentir pour réussir à vivre avec cette nouvelle notoriété », conclut-il. Une chose que Kevin Mayer fait parfaitement depuis quelques mois. Le beau blond devrait régaler encore le public sur et en dehors de la piste, ce week-end à Talence, selon Nicole Durand, l’organisatrice du Décastar : « Il a tout pour lui ce garçon. C’est un sportif sain avec une belle image. Il est comme ça. C’est quelqu’un de très attaché au public. »

L'affiche du Décastar 2017.
L'affiche du Décastar 2017. - Décastar