Agen: Un trentenaire admis aux urgences pour une angine meurt trois jours plus tard

FAITS DIVERS Une enquête est en cours pour savoir si le jeune homme a été victime d'une erreur médicale...

E.P.

— 

Le militaire a été admis aux urgences de la clinique d'Agen en août.
Le militaire a été admis aux urgences de la clinique d'Agen en août. — Capture d'écran Google maps

Une enquête a été ouverte pour comprendre les circonstances qui ont mené au décès d’un militaire de 32 ans, qui a été admis aux urgences de la clinique de Saint-Hilaire d’Agen pour une angine, le 25 août dernier, rapporte Sud Ouest.

Le service régional de police judiciaire de Toulouse devra déterminer si une erreur médicale a été commise et si celle-ci est responsable du décès du trentenaire. Celui-ci, apparemment en parfaite santé, se préparait à partir pour une mission au Liban. Il s’était rendu aux urgences pour une angine qui le faisait souffrir. Il avait vu un généraliste quelques jours plus tôt, qui lui avait conseillé d’aller aux urgences s’il ne notait pas d’amélioration après la prise du traitement prescrit. Il a suivi ces recommandations.

>> A lire aussi : Une erreur médicale va coûter 10 millions d’euros à une maternité

Une longue attente

Le jeudi soir, le militaire prend un antidouleur morphinique à la clinique et le lendemain matin, il y revient pour y voir un médecin ORL et y passer un scanner. Après avoir vu un premier médecin, il aurait attendu toute la matinée dans un box pour en voir un autre.

>> A lire aussi : Elle avait perdu son bébé à cause d'une erreur médicale en 2011

Le jeune homme se plaint d’étouffer et l’équipe médicale lui aurait alors installé une pompe à morphine. Son état empire et il est placé sous oxygène mais suffoque. Il fait un arrêt cardiaque en début d’après-midi. Réanimé par un urgentiste, il demeure néanmoins inconscient et est transféré à l’hôpital Saint-Esprit, dans un état critique. Il décède le lundi. Une autopsie a été pratiquée le mercredi.

La famille du militaire a déposé plainte. L’enquête suit son cours.