Pau: Première en France, des bus vont rouler grâce à de l'hydrogène

TRANSPORTS Le président de la communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées, vient de présenter ce projet de bus électrique alimenté par de l'hydrogène, qui devrait circuler en 2019...

Mickaël Bosredon

— 

Bus de type Exquicity de Van Hool
Bus de type Exquicity de Van Hool — Van Hool
  • Quelques exemples de bus à hydrogène ont été expérimentés, mais c'est la première fois qu'une ligne entière en sera équipée.
  • A Bordeaux, le projet de BHNS Bordeaux-Saint-Aubin de Médoc, pourrait, lui, adopter une motorisation utilisant le gaz naturel ou l'électrique.

Alors que Bordeaux Métropole s’interroge encore sur le mode énergétique qui alimentera les bus de la future ligne à haut niveau de service Bordeaux-Saint-Aubin-de-Médoc (BHNS), l’agglomération de Pau vient d’annoncer une grande première. Les bus qui circuleront sur la ligne entre la gare ferroviaire et l’hôpital de Pau, et qui devrait être mise en service en septembre 2019, rouleront à l’hydrogène.

>> A lire aussi : Bordeaux: Feu vert pour le bus à haut niveau de service jusqu'à Saint-Aubin-de-Médoc

Quelques exemples de bus à hydrogène ont déjà été expérimentés, mais c’est la première fois en France qu’une ligne sera entièrement équipée de cette technologie.

Huit bus de 18 mètres de long

Les huit bus à hydrogène de 18 mètres de long, construits par Van Hool, seront équipés d’une pile à combustible, qui permet de produire de l’électricité à partir d’hydrogène. Ce dernier sera fourni via une station de recharge installée par GNVert, filiale d’Engie dédiée à la distribution de carburants alternatifs.

>> A lire aussi : Bordeaux: La métropole se lance dans le vélo à hydrogène

« Cette technologie "zéro émission" ne rejette aucun gaz à effet de serre ou polluant atmosphérique au cours de son utilisation, uniquement de la vapeur d’eau », assure Engie. L’autonomie des véhicules sera de plus de 300 km, et ils sont rechargeables en dix minutes.

Le constructeur Van Hool a déjà commercialisé une cinquantaine de bus à hydrogène

Plusieurs constructeurs de bus et d’automobiles ont mis au point des modèles de véhicules roulant à l’hydrogène, mais ils peinent à se développer à grande échelle, notamment pour des raisons de coûts.

Le constructeur européen Van Hool a déjà commercialisé une cinquantaine de véhicules roulant à l’hydrogène (32 en Europe et 21 en Amérique du Nord) et introduit un peu plus de 200 véhicules BHNS dans 13 pays européens et en Martinique.

Le BHNS Bordeaux Saint-Aubin au GNV ou à l’électrique ?

Concernant le projet de BHNS Bordeaux-Saint-Aubin de Médoc, qui devrait voir le jour en 2020, la trentaine de véhicules qui l’équiperont rouleront sans doute au GNV (Gaz naturel pour véhicules) ou hybrides GNV-électriques, voire tout électriques. « Peut-être choisirons-nous un panachage entre ces différents modes » confiait en avril Christophe Duprat, vice-président de la métropole en charge des transports, à 20 Minutes.

L’arrêté de déclaration d’utilité publique des travaux de réalisation de cette nouvelle ligne, a été publié durant l’été, le 2 août. Les premiers travaux de déplacement des réseaux devraient pouvoir démarrer en fin d’année et l’aménagement des voies et stations à l’horizon de l’été 2018.

Cette nouvelle liaison, sur 21 km, reliera les communes de Bordeaux, Eysines, Mérignac, Le Haillan, Saint-Médard-en-Jalles, Le Taillan-Médoc et Saint-Aubin de Médoc. Soit environ 100.000 personnes desservies (habitants, salariés, scolaire), pour un coût de 104,6 millions d’euros. Quelque 50.000 voyageurs par jour sont attendus.