Retours de vacances: Les contrôles de police sur les routes ont démarré

REPORTAGE «20Minutes» a suivi ce vendredi matin la CRS autoroutière Aquitaine, lors d'une opération de contrôles sur l'A63, au sud de Bordeaux...

Mickaël Bosredon

— 

Opération de contrôles de la CRS autoroutière Aquitaine sur l'aire de Cestas (Gironde), sur l'A63 Lancer le diaporama
Opération de contrôles de la CRS autoroutière Aquitaine sur l'aire de Cestas (Gironde), sur l'A63 — M.Bosredon/20Minutes
  • En deux heures, les policiers ont relevé 17 infractions, notamment pour des surcharges et des plaques illisibles.
  • En ce jour de retour des vacances, ils rappellent aux automobilistes qui effectuent parfois plusieurs centaines de kilomètres les règles essentielles de sécurité.

Un véhicule banalisé et quatre motards sur la route. Deux équipes installées sur l'aire d'autoroute de Cestas pour verbaliser. La CRS autoroutière Aquitaine a organisé ce vendredi matin une opération de contrôles des véhicules en infraction, sur l'A63 dans le sens Bayonne-Bordeaux. Une autoroute particulièrement chargée avec le retour des vacances, alors que le week-end est classé rouge sur routes du Sud-Ouest.

>> A lire aussi : Gironde: Impressionnant accident entre un camion et plusieurs voitures sur l'A63

En deux heures, les policiers ont relevé dix-sept infractions, dont cinq pour surcharges et quatre pour des plaques d'immatriculation illisibles en raison d'un chargement de vélos à l'arrière des véhicules. L'installation de plaques additionnelles reste le meilleur moyen d'éviter l'amende de 90 euros pour ce type d'infraction. « Que l'on fasse cinq ou 500 km, les plaques doivent être visibles, surtout par les temps qui courent », rappelle le commandant Jocelyn Jeanneau, qui coordonne l'opération.

Une surcharge de 2,5 tonne sur la remorque d'un car

La surcharge des véhicules est une des autres infractions traquées par les policiers. « Si un pneu éclate, imaginez les dégâts que cela peut causer sur une autoroute bondée », relève le commandant Jeanneau.

Un car effectuant une liaison régulière Maroc-France est amené par les motards sur l'aire d'autoroute. De prime abord, il ne semble pas suspect. « Il est rempli de voyageurs, or ce sont souvent les cars avec une dizaine de voyageurs mais chargés de bagages qui sont en surcharge », pointe le capitaine Pascal Gensous.

>> A lire aussi : Bordeaux: Mise en service de la bretelle d'accès vers le stade Matmut Atlantique ce vendredi

A la pesée, il s'avère effectivement que le car est dans les clous : il transporte même une tonne de moins que sa capacité maximale. Mais sa remorque, elle, explose les compteurs : 2,5 tonnes de surpoids ! Le chauffeur écope de cinq amendes de 90 euros - une par tranche de 500 kilos de dépassement - et devra laisser le surplus sur place.

« Nous vérifions aussi que les lunettes arrières des voitures sont bien dégagées »

« Comme il a une marge d'une tonne dans son car, il peut toujours transvaser une partie du chargement de sa remorque dans son véhicule. Mais il reste 1,5 tonne avec lesquels il ne pourra pas repartir », précise le capitaine Gensous. Dans ces cas là, le transporteur fait généralement venir un autre véhicule qui vient récupérer le surplus.

Absence de clignotants lors des dépassements, téléphone au volant... La CRS autoroutière traque toutes sortes d'infractions en cette matinée, au fur et à mesure que l'autoroute se charge d'automobilistes remontant des Landes, d'Espagne ou même d'Afrique. « Nous vérifions aussi que les lunettes arrières des voitures sont bien dégagées, ajoute le commandant Jeanneau, si ce n'est pas le cas on demande à ce que la vitre arrière soit à nouveau visible. » Et le contrevenant s'expose à une amende de 90 euros.

>> A lire aussi : Hendaye: Plus de 30 kg de cocaïne et 56 kg d'herbe saisis dans une camionnette

Sur l'aire d'autoroute qui peut accuueillir jusqu'à plusieurs milliers d'automobilistes dans la journée, les policiers en profitent pour faire de la prévention. « On rappelle quelques éléments basiques, comme l'importance de s'arrêter toutes les deux heures, bien s'hydrater... Sur une journée comme celle-là, où les gens effectuent parfois plusieurs centaines de kilomètres, il est primordial d'être particulièrement prudent et vigilant », insiste Jocelyn Jeanneau.