Landes: Les deux derniers macaques, potentiellement porteurs d'un virus dangereux, capturés

ANIMAUX Plus de 160 macaques avaient été euthanasiés en mai au parc animalier de Labenne...

20 Minutes avec AFP

— 

Deux macaques auraient échappé à l'opération d'euthanasie réalisée le 19 mai, dans les Landes. / AFP PHOTO / FADEL SENNA
Deux macaques auraient échappé à l'opération d'euthanasie réalisée le 19 mai, dans les Landes. / AFP PHOTO / FADEL SENNA — AFP
  • 163 macaques, dont la majorité étaient porteurs d'un virus dangereux transmissible à l'homme, avaient été euthanasiés en mai à Labenne.
  • Le parc animalier des Landes a fermé ses portes mais deux singes y vivaient encore en semi-liberté.

Les deux derniers macaques qui se trouvaient en semi-liberté dans le parc animalier de Labenne, dans le département des Landes, ont été capturés mardi et des « prélèvements sérologiques » ont été effectués pour vérifier s’ils sont porteurs d’un virus potentiellement mortel pour l’homme, a annoncé la préfecture.

« Dans l’attente des résultats qui pourront prendre plusieurs mois, les deux animaux continueront à être suivis par le gestionnaire du site », a précisé la préfecture des Landes.

Risque de contagion humaine

Une fois les résultats connus sur la présence ou non de ce virus d’herpès neurologique, « seront étudiées les possibilités de prise en charge des deux macaques, conformément aux textes en vigueur et en collaboration avec l’organisme d’accueil et les associations déjà impliquées dans ce dossier », ajoutent les autorités.

>> A lire aussi : Singes euthanasiés à Labenne: La préfecture alerte sur les dangers d'une intrusion sur le site

Le 19 mai, 163 macaques de Java, en grande majorité porteurs de cet herpès virus B (MaHV1), hautement pathogène en cas de contamination humaine, avaient été euthanasiés après la fermeture du parc animalier la Pinède des singes à Labenne.

Colère de Brigitte Bardot

Le sort de deux macaques qui n’avaient pas été capturés ont fait réagir Brigitte Bardot qui a demandé au ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, de les sauver de l’euthanasie dans une lettre rendue publique mardi. Selon la Fondation Brigitte Bardot, les deux macaques n’étaient plus depuis deux ans en contact direct avec leurs congénères.

L’ex-actrice a nié tout problème sanitaire et demandé aux autorités de s’engager à « faciliter la prise en charge de ces macaques par des professionnels et non à organiser en catimini leur abattage pur et simple ».

La Fondation était déjà intervenue lundi auprès de la Direction générale de l’alimentation et le 3 août auprès des parlementaires.