Creuse: Nouveau sursis pour GM&S, Bercy appelle les salariés à accepter l'offre de GMD

ECONOMIE Le tribunal de commerce de Poitiers a accordé un nouveau délai à l’équipementier automobile…

J.S.-M. avec AFP

— 

Illustration de personnes mobilisées et de journalistes devant le tribunal à Poitiers qui se prononce sur le sort de l'équipementier GM&S, le 30 juin 2017
Illustration de personnes mobilisées et de journalistes devant le tribunal à Poitiers qui se prononce sur le sort de l'équipementier GM&S, le 30 juin 2017 — Jean Michel Nossant/SIPA

Encore un sursis. Une semaine de plus dans le flou pour les 277 salariés de GM & S, à La Souterraine, dans la Creuse. Le tribunal de commerce de Poitiers a accordé lundi un nouveau délai, d’une semaine, à l’équipementier automobile creusois en liquidation judiciaire GM&S Industry, et statuera sur l’offre de reprise partielle lors d’une audience le 31 juillet.

Dans la foulée de cette annonce, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a appelé les salariés de l’équipementier creusois GM&S à « considérer favorablement » la proposition de reprise de l’emboutisseur stéphanois GMD.

>> A lire aussi : GM&S Industry en péril: «Demain, il n’y aura plus rien ici, vous viendrez de Paris pour nous jeter des cacahuètes»

Le repreneur potentiel, l’emboutisseur GMD a transmis au tribunal une note en délibéré demandant un « court délai », que la juridiction lui a accordé. Dans le même temps, l’avocat des salariés de GM&S, Jean-Louis Borie, a annoncé la décision au personnel sur le site de La Souterraine, demandant que le PDG de GMD « vienne nous expliquer son projet ».

L'acceptation par les salariés de « la solution qui est aujourd'hui sur la table» constitue désormais «la dernière condition suspensive » à la reprise du site, est-il indiqué dans un communiqué.

GMD compte maintenir seulement 120 des 277 emplois du site creusois, deuxième employeur privé du département de la Creuse.