Poitiers : Une mère de famille de 26 ans incarcérée pour des maltraitances infligées à ses enfants

JUSTICE Les enfants âgés de 4 à 7 ans ont été confiés à une famille d’accueil par l’Aide sociale à l’Enfance…

E.P. avec AFP

— 

La chambre d'instruction de la cour d'appel de Poitiers a confirmé le maintien en détention d'une mère de famille de 26 ans pour mauvais traitements sur ses enfants.
La chambre d'instruction de la cour d'appel de Poitiers a confirmé le maintien en détention d'une mère de famille de 26 ans pour mauvais traitements sur ses enfants. — Capture d'écran Google maps

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Poitiers a confirmé le maintien en détention d’une mère de famille de 26 ans, dont les trois enfants âgés de 4 et 7 ans ont été victimes de mauvais traitements, a-t-on appris jeudi de source judiciaire, confirmant une information de La Nouvelle République.

>> A lire aussi : Bourgoin: Prison ferme pour un homme radicalisé qui infligeait des châtiments aux enfants de sa compagne

Après un bref délibéré, le tribunal a ordonné mercredi le maintien en détention de la jeune femme qui avait été incarcérée, avec son conjoint, le 28 juin dernier. Le cas de celui-ci sera examiné mercredi par la chambre de l’instruction, a-t-on précisé de même source.

>> A lire aussi : Violences faites aux enfants: «On a toujours peur de dénoncer mais là, il ne s’agit pas de délation», affirme Rossignol

Le garçonnet portait les traces d’une soixantaine de coups

Le 22 juin, leur fils de 4 ans, dans l’incapacité de marcher ou de s’asseoir, avait été hospitalisé en urgence après un signalement effectué par son école. Interrogés par les policiers, le garçonnet, qui portait les traces d’une soixantaine de coups, et sa sœur de 7 ans avaient affirmé avoir été frappés, l’un et l’autre, par leur mère et leur beau-père.

La mère, arrivée il y a trois ans de Guyane à Poitiers où elle avait rencontré son conjoint, a eu avec ce dernier un troisième enfant qui, lui, ne semble pas avoir subi de maltraitances.

>> A lire aussi : Violences faites aux enfants: Le gouvernement présente son premier plan de lutte

Les enfants mis en sécurité

Devant la chambre de l’instruction, la jeune femme a affirmé, mercredi, que son compagnon « n’a jamais porté le moindre coup, et qu’elle-même a pu donner une ou deux fessées, avec un cintre, rien de plus », précise le journal. Elle a dit également ne rien savoir des mauvais traitements infligés à sa fille aînée.

Les trois enfants ont été placés dans une famille d’accueil par l’Aide sociale à l’enfance, a-t-on précisé de source judiciaire.