Bordeaux: Quelles activités peut-on faire sur la Garonne ?

TOURISME L'association Les Marins de la Lune permet à ses membres de ramer en plein centre-ville...

Laetitia Dive

— 

Le fleuve est (presque) le seul terrain de jeu des Marins de la Lune.
Le fleuve est (presque) le seul terrain de jeu des Marins de la Lune. — Facebook / Les Marins de la Lune
  • Il est possible d’y pratiquer la voile mais aussi le kayak ou le « stand-up paddle »
  • Une sortie sur la Garonne exige néanmoins de la prudence en raison des coefficients et des courants

Certes Bordeaux est à un peu moins d’une heure de la mer en voiture. Pourtant, c’est en plein centre-ville que l’association Les Marins de la Lune ont souhaité se développer. « On s’est dit qu’on avait un super plan d’eau qui passait près de chez nous et on a voulu en profiter », explique Frédéric Blanc, le vice-président.

Un groupe de « voileux »

Monté il y a six ans par « un groupe de copains voileux » afin de faire des sorties en bateau sur la Garonne, le club s’est peu à peu ouvert à d’autres activités : aujourd’hui, il est possible d’y pratiquer la voile mais aussi les sports de rame (canoë-kayak, stand-up paddle et pirogue). Le surf y a aussi sa place, notamment en période de mascaret.

Aujourd’hui, l’association compte 70 marins, dont dix personnes au bureau, tous bénévoles. Les inscrits peuvent effectuer autant de sorties qu’ils le souhaitent moyennant 100 euros l’année. « Pour ceux qui veulent faire de la compétition, c’est un peu plus cher : ça monte à 140 euros car il faut aussi payer la licence », précise Frédéric Blanc.

Une section de paddle a d’ailleurs été spécialement créée pour ceux qui souhaitent concourir à l’échelle régionale voire nationale : la stand-up paddle race.

Un plan d’eau « vivant »

Tous les membres du club sont d’ailleurs plus ou moins rodés pour naviguer : « On est un club de loisirs réservé aux initiés. Lorsque des débutants viennent nous voir, on les incite à découvrir l’activité avant, sur plan d’eau un peu plus calme ».

>> A lire aussi : VIDEO. Ils vont surfer sur la Dordogne

Car la Garonne est un plan d’eau « vivant » : « On ne peut pas y faire n’importe quoi. Il faut connaître les coefficients pour s’adapter aux marées hautes ou basses. Parfois, ça peut être très dur de remonter à contre-courant, même pour quelqu’un qui a de l’expérience ».

En voile, l’association organise un peu moins de sorties « loisirs » que pour les autres disciplines, les risques étant plus élevés : « Avec le vent qui souffle parfois sur la Garonne, on peut vite terminer à foncer dans un quai. Cela reste donc pour personnes aguerries ».

Des initiatives grand public

Néanmoins, les Marins de la Lune comptent faire profiter de la Garonne à un maximum de Bordelais : au moins huit sorties par mois sont organisées pour faire ramer ceux qui le souhaitent.

« Si quelqu’un n’a jamais ramé, on ne lui permet pas de faire du stand-up paddle. On lui propose plutôt du canoë-kayak. Le stand-up paddle demande plus d’équilibre et de force pour ramer. C’est vraiment plus physique ».

Afin de faire goûter l’eau au grand public sans prendre trop de risques, l’association organise aussi chaque mois le « challenge de la lune » : « Là, on peut ramener son pédalo, son canoë-kayak… n’importe quoi pour naviguer. Le but c’est de faire trois boucles de trois kilomètres sur la Garonne ». Et par la même occasion de découvrir Bordeaux vu de l’eau.

>> A lire aussi : Nouvelle-Aquitaine: Une appli donne aux surfeurs une météo pointue sur leurs spots