Nouvelle-Aquitaine: Le long de la route des vacances, un drone veille à la sécurité

SÉCURITÉ ROUTIERE La préfecture a organisé une opération de surveillance sur l'A10...

Laetitia Dive

— 

Un pilote de la préfecture contrôle le drone tandis qu'un agent assermenté observe les éventuelles infractions.
Un pilote de la préfecture contrôle le drone tandis qu'un agent assermenté observe les éventuelles infractions. — Laetitia Dive
  • L'appareil appartient à la préfecture et permet des contrôles plus discrets
  • Il a une autonomie d'une heure

C’est sur un petit sentier aux abords de l’A10 que le capitaine Pascal Gensous et son équipe se sont retranchés pour une mission bien spéciale : contrôler la route à l’aide d’un drone en ce début de vacances scolaires.

Une opération en plusieurs étapes

« L’appareil a un système vidéo qui nous permet, en le faisant voler à une hauteur de 35 à 40 mètres de constater certains comportements dangereux : non-respect des distances de sécurité, dépassement par la droite, maintien sur la voie de gauche, circulation sur bande d’arrêt d’urgence… », explique l'officier. 

L'opération est menée depuis un petit chemin proche de l'autoroute.
L'opération est menée depuis un petit chemin proche de l'autoroute. - Laetitia Dive

Le drone est piloté par un pilote de la préfecture. A ses côtés, un agent assermenté surveille l’écran : lorsqu’il constate une infraction, il prévient tout de suite les policiers à moto qui sont sur la route. « Si on voit par exemple que la distance de sécurité n’est pas respectée, on leur transmet la description du véhicule : couleur, inscriptions sur la remorque s’il s’agit d’un poids lourd… »

>> A lire aussi : Dordogne: Une aide-soignante lui sauve la vie pendant un contrôle d'alcoolémie

Les policiers interceptent alors l’automobiliste puis l’emmènent sur l’aire de l’Estalot, située à proximité. Il est aussitôt verbalisé. Et lorsque les premières images ne permettent pas d’identifier clairement le véhicule ? « On le fait suivre par le drone jusqu’à ce qu’on ait des informations sûres ».

Les policiers à moto reçoivent des informations précises pour repérer les automobilistes en infraction.
Les policiers à moto reçoivent des informations précises pour repérer les automobilistes en infraction. - Laetitia Dive

Des règles de vol précises

Pour le capitaine Gensous, ce système de contrôle ne se destine pas à remplacer les autres : « C’est complémentaire, ça reste un moyen alternatif. On a l’avion de la police aux frontières qui est aussi très efficace pour relever ces comportements dangereux. Et lorsqu’on fait des opérations communes avec la gendarmerie, on bénéficie de leur hélicoptère ».

Le drone surveille la route depuis une hauteur de 35 à 40 mètres.
Le drone surveille la route depuis une hauteur de 35 à 40 mètres. - Laetitia Dive

Comme pour tout aéronef, piloter un drone exige de respecter certaines règles : « On ne met pas l’appareil au-dessus des voies pour des raisons de sécurité. Il vole toujours à côté, bien après la bande d’arrêt d’urgence. On repère aussi les lieux, il nous faut une topographie parfaite : pas d’obstacles, d’arbres ou de bâtiments. Le drone n’est pas un jouet donc on doit avoir un peu les mêmes protocoles qu’un avion qui décolle ».

Piloter l’appareil de la préfecture n’est d’ailleurs pas possible sans avoir effectué une formation préalable : il faut avoir au minimum la licence théorique ULM puis faire un stage pratique pour apprendre les rudiments du vol.

Sur l'aire de l'Estalot, la DREAL est également présente. Elle contrôle les poids-lourds afin de vérifier qu'ils respectent les normes.
Sur l'aire de l'Estalot, la DREAL est également présente. Elle contrôle les poids-lourds afin de vérifier qu'ils respectent les normes. - Laetitia Dive

Un temps de contrôle limité par les batteries

L’opération ne durera pas plus d’une heure : l’appareil bénéficie seulement de trois batteries de vingt minutes chacune. L’autre limite, c’est que sa caméra ne permet pas de zoomer et il est donc impossible de distinguer les plaques minéralogiques.

Mais le capitaine Gensous évoque certaines qualités qui font du drone un nouveau moyen de contrôle efficace : « En matière de coût d’achat et de fonctionnement, c’est très intéressant. Et puis c’est discret, on ne le voit pas ». L’appareil a aussi l’avantage de n’afficher aucune émission de CO2. Économique et écologique donc.

>> A lire aussi : Sécheresse en Gironde: Certains usages de l'eau restreints par le préfet