Sécheresse en Gironde: Certains usages de l'eau restreints par le préfet

ENVIRONNEMENT L’arrosage des espaces verts publics et privés, le lavage des voiries et trottoirs publics sont autorisés seulement certains jours à cause d'un déficit de pluviométrie...

E.P.

— 

Le niveau des nappes phréatiques est bas en Gironde et le préfet a émis des mesures de restrictions de l'usage de l'eau.
Le niveau des nappes phréatiques est bas en Gironde et le préfet a émis des mesures de restrictions de l'usage de l'eau. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Cet arrêté arrive très tôt dans la saison estivale. Pierre Dartout, préfet de la Gironde vient d’informer ce jeudi de sa décision, après consultation de la cellule départementale de gestion et de préservation de la ressource en eau, de restreindre les prélèvements sur le réseau d’eau potable pour les usages dit « non prioritaires ».

>> A lire aussi : VIDEO. La France manque d'eau, faut-il craindre une grande sécheresse?

Arrosage des espaces verts interdit

Ainsi, l’arrosage des espaces verts publics et privés, le lavage des voiries et trottoirs publics sont interdits les mardis, jeudis, samedis et dimanches matin. Le lavage des véhicules en dehors des stations professionnelles est interdit jusqu’à nouvel ordre, de même que le nettoyage des terrasses et façades ne faisant pas l’objet de travaux.

Tous les prélèvements sur les cours d’eau des bassins-versants suivants : le Deyre, le Glaude, la Barbanne, la Gravouse, le ruisseau de la Grave, le Moron, le Palais (le Ratut), le ruisseau de la Virvée en amont du pont des Planquettes sont également interdits.

>> A lire aussi : Un risque sérieux de sécheresse est à craindre sur la Nouvelle-Aquitaine

Il a aussi été décidé de renforcer la surveillance de l’ensemble des ressources en eau, en particulier les axes secondaires dont les débits pourraient décroître rapidement.

« Le département de la Gironde a connu un déficit pluviométrique exceptionnel durant l’automne et l’hiver derniers, occupant le 7e rang des cumuls les plus faibles observés sur le département depuis 1959. Ce déficit a conduit à une mauvaise recharge des nappes souterraines », rappelle la préfecture dans son communiqué.

Les épisodes de pluie de la fin du mois de juin ont permis de faire remonter temporairement les débits des cours d’eau qui se trouvaient pour certains dans une situation comparable à un mois d’août mais elles n’ont pas permis de recharger de façon significative les nappes souterraines utilisées pour l’eau potable. Les petits cours dépourvus de soutien d’étiage restent fragiles.

>> A lire aussi : Réchauffement: à Bordeaux, il y a aussi de l'eau, mais pour combien de temps?

D’autres mesures ?

« Ces mesures permettront d’anticiper de nouveaux épisodes de chaleur qui engendreraient des pointes de consommation d’eau potable. D’autres mesures de restriction ciblées pourraient être rendues nécessaires dans les prochaines semaines, en fonction de l’évolution de la situation, sur les nappes souterraines ainsi que sur les cours d’eau du département », estime la préfecture de la Gironde.

Des conseils pour une utilisation économe de l’eau peuvent être obtenus sur le site : www.jeconomiseleau.org.