Bordeaux: Le quartier Saint-Michel sous le choc après le passage à tabac du patron d'El Boqueron

VIOLENCES Les commerçants du quartier Saint-Michel, qui manifestaient mardi contre le climat de violence, sont sous le choc et en colère ce jeudi matin après l'agression du patron du bar El Boqueron...

Mickaël Bosredon

— 

Le restaurant El Boqueron, dans le quartier Saint-Michel à Bordeaux
Le restaurant El Boqueron, dans le quartier Saint-Michel à Bordeaux — L.Dive/20Minutes
  • Le patron du bar est dans un état grave et doit être opéré ce jeudi après-midi
  • Une réunion se tient ce jeudi matin en préfecture pour faire un point sur la situation dans le quartier

Le patron du bar-tapas El Boqueron, rue des Faures à Bordeaux, est dans un état grave ce jeudi matin après la violente agression qu’il a essuyée dans la nuit de mardi à mercredi. Hospitalisé, il doit être opéré ce jeudi après-midi pour de multiples fractures au visage et au crâne.

>> A lire aussi : Le préfet «condamne avec la plus grande fermeté» l'agression

Il a été littéralement passé à tabac, mercredi vers 1h30 du matin, par un individu à coups de poing américain. Trois hommes l’auraient importuné alors qu’il était en train de fermer boutique.

Deals quotidiens à ciel ouvert

Cette agression survient dans un contexte de forte tension dans le quartier. Mardi après-midi, les commerçants du quartier avaient baissé leur rideau quelques heures, pour protester contre les violences et les incivilités croissantes dans le quartier, particulièrement rue des Faures où 20 à 30 individus dealent quotidiennement à ciel ouvert.

>> A lire aussi : A Saint-Michel, les commerçants se rebiffent contre les trafics

« Nous sommes choqués, dit-on ce matin à la pharmacie de la rue des Faures. Et tellement désolés de ce qui est arrivé, même si on ne sait pas encore si l’agression est en lien avec notre manifestation. » Le patron du bar-tapas avait accueilli les commerçants à l’issue de la manifestation pour prendre un verre.

La préfecture va renforcer la présence policière dans le quartier

Matthieu Rouveyre, élu d’opposition PS au conseil municipal, et conseiller général de quartier, s’est dit « abasourdi » par cette agression et a exprimé son « ras le bol de ces caïds, de cette violence et de cette délinquance persistante de la rue des Faures. Depuis le temps que les habitants et les riverains tirent la sonnette d’alarme, les autorités ne peuvent pas prétendre découvrir ce phénomène. Pour moi, il y a une responsabilité coupable des services en charge de la sécurité des biens et des personnes qui n’ont plus d’autres choix maintenant que d’intervenir. »

Une réunion se tenait ce jeudi matin en préfecture. Driss Ben Haddou, porte-parole des commerçants, indique à 20Minutes que « le préfet a pris la décision d'agir avec une plus grande présence policière sur place, dans le but de faire partir les dealers du quartier. Cela fait des mois qu'on alerte sur la situation, et maintenant nous avons un commerçant à l'hôpital. Nous sommes en colère, et choqués, mais tout ce que l'on veut c'est retrouver la paix dans ce quartier. »

Le préfet avait réagi dès mercredi soir dans un communiqué en indiquant notamment que tout serait mis en oeuvre pour retrouver les auteurs de l'agression.

300 à 350 interventions de police depuis le début de l’année

A la mairie, Jean-Louis David, adjoint au maire en charge de la vie urbaine et de la coordination de la politique de proximité, condamne également « cet acte minable. » « Je note qu’il survient également le lendemain de notre Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance, au cours duquel nous avions fortement appuyé sur la situation du quartier Saint-Michel, auprès des services de police et de justice. Hélas, nos propos de la veille se sont confirmés de manière incroyable dès le lendemain. Ce type de réglement de comptes, s’il s’agit d’un réglement de comptes, montre à quel point il faut s’intéresser de manière urgente à la situation. »

L’élu assure néanmoins que des actions ont déjà été entreprises à Saint-Michel. « Entre 300 et 350 interventions de police, municipale et nationale, ont été menées depuis le début de l’année. Il est évident que cela dérange l’implantation des deals locaux. »

Le restaurant El Boqueron restera fermé pour une durée indéterminée.