Nouvelle Aquitaine: Un effet Airbnb sur les emplois touristiques du secteur de l’hébergement

TOURISME L'Insee dresse un état des lieux de la progression des emplois touristiques sur la région, entre 2009 et 2013...

Elsa Provenzano

— 

Dans la région Nouvelle-Aquitaine, la saison s'étend de plus en plus au printemps et à septembre, notamment en raison de logements en dur, type bungalows, dans les campings.
Dans la région Nouvelle-Aquitaine, la saison s'étend de plus en plus au printemps et à septembre, notamment en raison de logements en dur, type bungalows, dans les campings. — CAPMAN VINCENT/SIPA
  • L’Insee montre que dans la région 4 % des emplois sont liés à l’accueil des touristes.
  • Dans un contexte de développement, l’hébergement touristique pourrait pâtir du phénomène Airbnb.

Les emplois liés à l’accueil des touristes représentent 4 % de l’emploi total en Nouvelle Aquitaine, selon une étude de l’Insee publié ce mercredi. La région dont la taille est à présent équivalente à celle de l’Autriche se range à la 5e place des régions françaises, en termes de richesse issue du tourisme, un des secteurs phares de l’économie régional avec le vin. Sans surprise, les emplois sont concentrés sur le littoral et en montagne, qui bénéficie de deux saisons touristiques.

>> A lire aussi : Bordeaux: Airbnb accusé de confisquer durablement des logements aux habitants, au profit des touristes

Le volume d’emplois lié à l’hébergement stagne

Dans un contexte d’augmentation des emplois liés à l’accueil des touristes (+5,6 % entre 2009 et 2013), le secteur de l’hébergement fait figure d’exception puisqu’il stagne, voire enregistre une très légère baisse. « Les locations d’appartements privés (comme Airbnb par exemple) mais aussi le recours aux résidences secondaires et à l’hébergement par sa famille expliquent cette évolution, estime Jean-Pierre Ferret, chargé d’études et référent tourisme à l’Insee Nouvelle Aquitaine. Il faut rappeler que cela stagne au niveau des emplois mais pas au niveau de la fréquentation qui continue d’augmenter ». A l’époque, 2009-2013,le phénomène de location d’appartements privés via des plateformes de type Airbnb est encore émergent.

A l’échelle de la région, le secteur de l’hébergement concentre à lui seul 32 % des emplois touristiques de la région, devant celui de la restauration et des cafés (26 %) et du commerce (14 %).

>> A lire aussi : Ouverture de la LGV: «Je suis venu passer la journée à Bordeaux», témoigne un Parisien

Une saisonnalité plus marquée qu’ailleurs

Une des particularités de la région est de faire le plein sur les « ailes de saison », soit le printemps et la fin de l’été, en septembre. Le rapport entre le mois nécessitant le moins d’emplois saisonniers (60.000 en janvier) et le mois en requérant le plus (128.000 en août) est de 2,2 pour l’Insee, ce chiffre s’élevant à 1,6 pour la France métropolitaine. « Un phénomène qui s’explique notamment par la création au sein des campings de bâtiments en dur comme des bungalows et aussi la présence en mai et en juin, de nombreux ponts », précise Jean-Pierre Ferret. Des constructions qui permettent de s’émanciper en partie des aléas météo.

>> A lire aussi : Aquitaine: Des drones sur le littoral cet été pour mieux compter les plagistes

« On a encore de la marge pour développer ces emplois liés à l’accueil des touristes », estime Régine Marchand, présidente du comité régional du tourisme Nouvelle Aquitaine, alors que la ligne à grande vitesse mettant Bordeaux à 2 h 04 de Paris vient de rentrer en service il y a quelques jours. Un effet LGV est attendu à la fois sur le tourisme de loisirs et d’affaires.