Deux-Sèvres: Ils découvrent un cadavre dans leur jardin

FAITS DIVERS Les ossements, récupérés par des spécialistes, vont être analysés...

L.D.

— 

Un gendarme de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie. (Illustration)
Un gendarme de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie. (Illustration) — THIERRY ZOCCOLAN / AFP

A Germond-Rouvre, une petite commune des Deux-Sèvres située près de Niort, un couple a fait une étrange découverte samedi : à proximité de leur boîte aux lettres, ils ont trouvé des ossements.

C’est en voulant arracher une plante juste à côté que la femme a d’abord vu des os : « Ça faisait comme des côtes. Des petites côtes », a-t-elle raconté à La Nouvelle République. Son compagnon la rejoint alors et en grattant la terre, ils découvrent également un crâne, doté d’une mâchoire et de molaires, leur confirmant qu’il s’agit d’un cadavre humain.

Des analyses en cours

Le couple alerte les gendarmes qui arrivent sur place, accompagnés des agents de l’identification criminelle. En creusant davantage, ils découvrent d’autres membres qu’ils placent dans des enveloppes sous scellés. Ceux-ci vont être analysés par les techniciens de l’IRCGN, l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie basé à Pontoise.

>> A lire aussi : Gironde: Ils volent un bus scolaire puis détruisent des vignes et un mur

Les spécialistes auront pour première mission de dater ces ossements afin de déterminer l’âge du squelette. Ils chercheront aussi à éclaircir les circonstances de la mort de l’individu et de l’enfouissement à cet endroit. Pour l’instant, rien n’indique s’il s’agit d’un crime ou non.

Comme l’a rappelé le maire de Germond-Rouvre à La Nouvelle République, une découverte similaire avait été faite à quelques encablures de là, quelques années auparavant : « On avait découvert des restes de corps alignés. Déjà, à l’époque, on avait envoyé les os à l’institut criminel. Les scientifiques avaient établi que ça remontait à l’an 1000 ! »

>> A lire aussi : Gironde: Une élue du Département suspectée d’avoir touché indûment le RSA