Dax: L'enquête sur les gestes déplacés de l'évêque à l'égard d'ados classée sans suite

JUSTICE Début avril, l'évêque, âgé de 57 ans, avait été contraint de démissionner en raison « d'attitudes pastorales inappropriées » envers des jeunes...

E.P. avec AFP

— 

L'église Saint Paul à Dax
L'église Saint Paul à Dax — Capture d'écran Google maps

L’enquête sur le comportement « inapproprié » de l’évêque démissionnaire de Dax, Monseigneur Hervé Gaschignard, à l’égard d’adolescents, n’ira pas plus loin. Elle a été classée sans suite par le parquet de Dax, qui a confirmé l’existence de gestes et paroles déplacés mais précisé qu’aucun ne relevait d’une qualification pénale.

>> A lire aussi : Qui est Hervé Gaschignard, l'évêque soupçonné «d'attitudes inappropriées» envers des jeunes?

Début avril, l’évêque, âgé de 57 ans, avait été contraint de démissionner en raison d'« attitudes pastorales inappropriées » envers des jeunes, selon les termes mêmes de la Conférence des évêques de France, une décision exceptionnelle de la hiérarchie catholique.

Au cours des investigations, le cardinal-archevêque de Bordeaux, Mgr Jean-Pierre Ricard, à l’origine d’un signalement auprès du parquet de Dax, a été entendu, ainsi que « l’ensemble des jeunes et parents concernés par cette affaire », soit une dizaine de personnes, a précisé le procureur Jean-Luc Puyo, confirmant une information de Sud Ouest.

« Ces témoignages décrivent et relatent, pour les uns des paroles, pour les autres des gestes, qui paraissent inappropriés ou en tout cas en décalage avec les situations à l’occasion desquelles ils ont été tenus ou commis », a indiqué Jean-Luc Puyo.

>> A lire aussi : Dax: Le pape contraint l'évêque Hervé Gaschignard à démissioner pour des gestes déplacés envers les jeunes

« Des contacts physiques déplacés »

Deux adolescents ont notamment relaté des « propos intimes » et « des questions vécues comme dérangeantes parce qu’insistantes et très intrusives sur leur sexualité », qui « ne paraissaient pas se justifier par le contexte dans lequel ils étaient tenus », a-t-il poursuivi. « Toutefois, ces propos et questionnements ne revêtent pas de qualification pénale, plus précisément celle de 'corruption de mineurs' », a ajouté le procureur de la République de Dax.

Des adolescents ont aussi décrit « des contacts physiques déplacés ». « L’un évoque une main posée sur l’épaule, l’autre une main posée sur le genou et qui s’attarde un peu, une autre un baiser sur la joue qui n’a pas lieu d’être », explique le procureur.

« Tout cela témoigne d’une volonté d’une grande proximité de la part de l’évêque pour les adolescents, mais là encore, ces gestes ainsi décrits ne revêtent pas de qualification pénale, notamment pour 'atteinte sexuelle' », selon Jean-Luc Puyo.

>> A lire aussi : Etats-Unis: Un évêque reconnaît être père de deux enfants et démissionne

Monseigneur Hervé Gaschignard, originaire de Saint-Nazaire, avait été ordonné prêtre en 1989, consacré évêque en 2008 et nommé évêque d’Aire et Dax en 2012. Son comportement lui avait déjà valu une alerte, il y a six ans, alors qu’il était évêque auxiliaire de Toulouse depuis 2007. Après un signalement au parquet par l’archevêque de Toulouse, Monseigneur Robert Le Gall, l’affaire avait également été classée sans suite.