Hugo Hay, étudiant en économie et en journalisme, est aussi champion d'athlétisme

ATHLETISME Et alors que son club est à Bressuire dans les Deux-Sèvres, il fait ses études à Lille...

Laetitia Dive

— 

Le jeune coureur espère qu’il sera sélectionné pour les championnats d’Europe qui ont lieu mi-juillet en Pologne.
Le jeune coureur espère qu’il sera sélectionné pour les championnats d’Europe qui ont lieu mi-juillet en Pologne. — M. Hay
  • Afin d'éviter les déplacements, le jeune homme s'entraîne seul, en suivant le programme concocté par son coach
  • Sélectionné trois fois en équipe de France junior, il espère passer un jour dans la catégorie senior

A tout juste 20 ans, Hugo Hay mène une double vie. Rien à voir avec ces espions que l’on voit dans les films hollywoodiens : le jeune homme concilie sa carrière sportive et ses études… dans deux villes différentes. « Je suis au Sèvre Bocage Athletic Club à Bressuire (Deux-Sèvres) et en parallèle j’étudie à la fac d’économie de Lille où je suis aussi un parcours dans le journalisme ».

Le coureur a commencé l’athlétisme en simple amateur, avec ses parents : « Ils faisaient aussi de la course sur route. Je les ai accompagnés à plusieurs reprises et j’ai débuté tout naturellement ».

Du cross, du demi-fond et du 5 000 mètres

Mais très vite, les choses sérieuses se sont enchaînées. L’athlète a pris part à de plus en plus de compétitions et peut aujourd’hui se targuer d’avoir trois sélections en équipe de France junior. L’endurance ne lui fait pas peur puisqu’il court des cross, des 5.000 mètres et des courses de demi-fond.

Et si cela n’est pas toujours évident de concilier son travail étudiant et ses engagements sportifs, Hugo Hay explique qu’il s’agit d’une simple question d’organisation : « Quand je suis arrivé à Lille après mon bac ce n’était pas non plus évident de vivre seul mais j’ai appris à gérer ».

Devra-t-il un jour faire un choix ? Probablement, et pour l’instant son cœur semble pencher pour la course. « : L’athlétisme est ma priorité désormais. Vu que je passe de plus en plus de paliers et que je me rapproche du niveau senior, j’ai envie de tout tenter pour ne pas avoir de regrets. Mais l’an prochain, si je me fais une grosse blessure, je miserai tout sur les études ».

S’entraîner seul

Lors de son départ à Lille, Hugo Hay s’était trouvé un nouveau club où s’entraîner. Mais très vite, il a rappelé son coach du Sèvre Bocage AC : « Depuis un an et demi, il m’envoie des plans d’entraînement et je me débrouille tout seul. A Lille, la masse d’entraînement était trop lourde. C’est à cette période que j’ai fait mes moins bonnes courses. Par exemple, j’ai loupé la qualification pour le championnat européen de cross. Quand je courais, j’avais moins de sensations et je récupérais moins bien après ».

>> A lire aussi : Handball: Dans la famille Fernandez, je demande le frère

L’athlète s’entraîne désormais seul à Lille, ce qui n’est pas toujours facile : « Ces entraînements, ce sont des séances d’intensité longue qui durent parfois 40 minutes. Pas forcément évident à Lille où il ne fait pas très beau et où la nuit tombe très tôt. Mais on sait pourquoi on fait ça et on a des objectifs en tête ».

Dans le Nord, il travaille régulièrement avec un de ses amis « qui a un niveau interrégional ». Et en termes de volume horaire ? « Je m’entraîne tous les jours et deux fois le samedi. Au total, ça fait une douzaine d’heures par semaine, sans compter les étirements ».

>> A lire aussi : BMX: A Bordeaux, on prépare les championnats de France et d'Europe

 

Mots-clés :