Pau: Trois adolescents, suspectés de détériorer des caméras de surveillance, interpellés

FAITS DIVERS Les suspects, tous mineurs, ont été présentés à un juge pour enfants…

C.Po.

— 

Des caméras sur la façade d'un immeuble. Illustration.
Des caméras sur la façade d'un immeuble. Illustration. — Gile Michel - Sipa

Cinq caméras de vidéosurveillance brisées ou volées en dix jours. Jeudi matin aux aurores, trois adolescents, soupçonnés d’avoir détérioré cinq caméras installées dans le quartier sensible de Housse-des-Bois, à Pau, ont été interpellés. Les suspects, âgés de 15, 16 et 17 ans, ont été présentés ce vendredi à un juge pour enfants. Inconnu des services de police, ils vivent tous les trois dans le quartier.

Les actes de vandalisme ont débuté le 11 juin. Comme les caméras se situaient en hauteur, les suspects « grimpaient sur une échelle au milieu de la nuit et les démontaient ou tapaient dessus pour les déteriorer », précise la commissaire Agnès Mazin-Bottier, chef du service de sécurité et de proximité de Pau. Si les caméras n’étaient, semble-t-il, pas spécifiquement orientées vers des points de deal, elles étaient néanmoins « au coeur de cette cité sensible », précise-t-elle. Le préjudice est estimé à 22.300 euros.

Violences urbaines

Le 17 juin, un petit groupe est repéré en flagrant délit par un équipage de police. Deux voitures sont appelés en renfort. Mais rapidement, l’interpellation vire à l’affrontement. « Environ 25 jeunes », selon la commissaire, font face aux forces de l’ordre. Un agent est victime de coups de pieds

Les trois adolescents ont finalement été confondus grâce à l’exploitation des images des caméras avant qu’elles ne soient hors-service. Les suspects y apparaissent le visage découvert, indique Agnès Mazin-Bottier. Deux des trois interpellés ont reconnu les faits en garde à vue. L'un d'entre eux, reconnu par le policier violenté, a été mis en examen pour «violences sur personne dépositaire de l'ordre public». Les deux autres seront reconvoqués ultérieurement.