Bordeaux: Qui veut se remettre au sport en douceur et gratuitement?

MULTISPORTS La ville propose des séances de tai-chi, zumba, fitness ou encore gym suédoise…

Laetitia Dive

— 

Le fitness fait partie des activités proposées.
Le fitness fait partie des activités proposées. — SIPANY/SIPA
  • C'est la première fois que Bordeaux met en place cette initiative intitulée « Le sport prend ses quartiers »
  • Les cours ont lieu le samedi matin de 10h à 12h dans différents quartiers de la ville

« C’est une aventure au sens expérimental : ça n’existe pas ailleurs en France », affirme fièrement Arielle Piazza, adjointe au maire de Bordeaux en charge des sports. Depuis le 6 mai, elle et son équipe testent l’initiative «  Le sport prend ses quartiers » qui vise à promouvoir l’activité physique de manière gratuite et collective en différents points de la ville.

Huit sites

L’idée est venue tout simplement : « on sait depuis un certain temps que 30 % de la population bordelaise ne fait jamais d’activité physique. Cette sédentarité nous a interpellés ».

Jugeant que les principaux freins à la pratique d’un sport étaient financiers et géographiques, l’adjointe au maire a décidé de mettre en place des sessions gratuites dans huit quartiers, des Berges du Lac au Parc Bordelais en passant par La Benauge et Mériadeck.

Ainsi, tous les samedis matin de 10 heures à 12 heures, les personnes qui le souhaitent peuvent se rendre dans l’un des lieux choisis par la mairie pour pratiquer la zumba, la gymnastique suédoise, le tai-chi, le running ou encore faire de la marche nordique.

Des débuts nuancés

L’initiative séduit-elle ? « Pour les deux premiers samedis il y avait une quarantaine de personnes au total. Mais il y a eu de la pluie et du vent. Ce week-end il va faire très beau, j’espère que ça viendra », confie Arielle Piazza.

>> A lire aussi : Bordeaux: Les 40 associations de Darwin mobilisées pour rester sur le site de la Caserne

Elle ne souhaite en aucun cas forcer la main aux Bordelais : « On a mené une communication très large via des panneaux dans la ville. Maintenant, on attend que les gens viennent vers nous ».

Une (grosse) majorité de femmes

Sur un point néanmoins, l’adjointe se montre particulièrement satisfaite : « Ce sont 87 % de femmes qui participent à ces activités. Je m’en félicite car dans la rue et sur les places, on voit beaucoup plus d’hommes. On constate donc que dans une offre encadrée, les femmes arrivent : on répond à une attente ».

Elle évoque ainsi les lieux publics où certaines femmes n’osent pas aller : « La plateforme de renforcement musculaire rive droite, c’est que des hommes… Plusieurs filles m’ont dit "le regard posé sur moi est insupportable quand je fais mes étirements donc je n’y vais plus". Dans un programme avec un éducateur physique, elles n’hésitent pas ».

>> A lire aussi : Bordeaux: Younus, d'abord les devoirs et ensuite le foot