Législatives: Le parti socialiste pourrait perdre son avantage en Gironde

ELECTIONS Le décrochage de députés PS sortants et le mauvais score du candidat socialiste à la présidentielle font peser une menace sur la majorité des circonscriptions…

Elsa Provenzano
— 
Le PS détient actuellement 10 des 12 circonscriptions de la Gironde.
Le PS détient actuellement 10 des 12 circonscriptions de la Gironde. — GILE MICHEL/SIPA
  • La situation nationale et locale paraît défavorable au parti socialiste.
  • Les candidats LREM pourraient profiter de la dynamique de la présidentielle.

Les élections législatives des 11 et 18 juin ne pourraient pas aussi bien se passer que d’habitude pour le parti socialiste Girondin, qui détient actuellement 10 des 12 circonscriptions du département. Yves Foulon (Les Républicains) est député de la 8e et Noël Mamère (écologiste) de la 3e.

>> A lire aussi : Bordeaux. Pour Juppé, pas «d'opposition frontale» à un gouvernement Macron

De nombreux députés sortants jettent l’éponge

« Les décrochages sont nombreux, ils représentent quasiment la moitié des députés sortants, note Jean Petaux, politologue à Sciences Po Bordeaux, alors que seulement 35 % ne se représentent pas au niveau national. » Des choix qui interviennent pour des raisons différentes : Alain Rousset sur la 7e, par exemple, est concerné par la loi sur le non-cumul des mandats, Philippe Plisson sur la 11e aspire à une forme de retraite politique et Sandrine Doucet, sur la 1re, y a été contrainte pour des raisons de santé.

« Cela peut rebattre les cartes, le coefficient du "personnel" joue, surtout quand c’est serré », remarque le politologue, soulignant que beaucoup de ceux qui décrochent bénéficiaient d’un bon ancrage local. Ces départs et le mauvais score de Benoît Hamon à la présidentielle pourraient bénéficier aux nouveaux mouvements comme La France insoumise et La République en marche.

>> A lire aussi : Gironde. La droite et le centre font bande à part sur la 10e circonscription

« Alain David aurait intérêt à se méfier sur la 4e, prévient Jean Petaux, c’est la circonscription la plus à gauche d’Aquitaine et Mélenchon est arrivé en tête au premier tour des élections présidentielles avec 25 %. » C’est Maud Besson, issue de la société civile, qui se présente pour La France insoumise sur cette circonscription. Il pointe aussi « l’effet souffle de la présidentielle », qui pourrait profiter au candidat de La République en marche sur cette circonscription, Aziz S’kalli-Bouaziza, qui est adjoint au maire de Lormont.

Les candidats LREM portés par la dynamique présidentielle

La République en marche en Gironde parle de ravir six circonscriptions en Gironde. Un objectif jugé un peu trop ambitieux pour Jean Petaux. Il rappelle néanmoins qu’Emmanuel Macron fait son plus gros score en Gironde dans la 2e circonscription avec 31,87 %, suivi par Jean-Luc Mélenchon à 24,41 %. Sur cette circonscription du centre, que Michèle Delaunay a ravi en 2007 à Alain Juppé, la candidate LREM Catherine Fabre « pourrait tirer son épingle du jeu », estime le spécialiste.

Sur la 3e, Noël Mamère « contre qui le PS ne présentait pas de candidat », précise Jean Petaux, ne se représente pas comme titulaire. C’est la socialiste Naïma Charai qui se présente à sa place dans cette circonscription, qui pourrait aussi basculer dans le giron de LREM, selon l’analyse du politologue.

Si une circonscription doit être conquise par le FN, Jean Petaux pense que ce sera la 11e. Si le parti frontiste réalise un score aussi très haut (25,21 %) sur la 10e, il pense que Florent Boudié, député ex-socialiste sortant devenu une des figures de LREM en Gironde peut « sauver la circonscription », alors même que la droite et le centre ne sont pas parvenus à une investiture commune sur ce territoire.

>> A lire aussi : Macron à 70% en Gironde. «C'est une terre progressiste et modérée sur laquelle notre programme a eu beaucoup d'écho»

Sur la 11e, c’est LREM qui n’a pas réussi à faire l’unité, un candidat Modem, Xavier Loriaud, se présente face au candidat LREM, Véronique Hammerer. Sur la 9e, le député sortant Gilles Savary serait en difficulté, Emmanuel Macron y est arrivé en tête et le candidat ne bénéficierait « d’aucun soutien du PS ».

Sachant qu’il faut rallier 12,5 % des inscrits pour se maintenir au second tour des législatives, la participation sera un facteur clé pour déterminer les forces en présence au second tour.