Landes: Ce que l’on sait après l'euthanasie de singes d'un zoo, porteurs d'un virus dangereux

ANIMAUX L’abattage des macaques a été réalisé ce vendredi pour des raisons sanitaires, parce que plusieurs sont porteurs du « virus de l’herpès neurologique », dangereux pour l’homme…

Elsa Provenzano

— 

Une femelle macaque et son petit dans un arbre couvert de neige à Guiyang, Chine, le 28 janvier 2008.
Une femelle macaque et son petit dans un arbre couvert de neige à Guiyang, Chine, le 28 janvier 2008. — CHINA DAILY / REUTERS
  • Plus d'une centaine de macaques java a été euthanasiée ce vendredi dans les Landes.
  • Les dépistages réalisés sur les primates ont révélé la présence d'un virus dangereux pour l'homme.

Ce vendredi, la préfecture des Landes a ordonné l’euthanasie d’environ 140 macaques java, qui occupaient le site de « La Pinède des singes » à Labenne dans les Landes. Le repreneur du site a procédé à l’opération, sous le contrôle des services de l’Etat.

>> A lire aussi : Landes: Plus d’une centaine de singes d’un parc animalier euthanasiée ce vendredi

Pourquoi le site de « La Pinède des singes » a fermé ?

Le site de « La Pinède des singes », qui permettaient de se promener parmi les pins et d’admirer les primates en liberté, a fait l’objet d’un redressement judiciaire et d’une fermeture par arrêté préfectoral en janvier 2016. La préfecture des Landes explique dans un communiqué que « de graves dysfonctionnements dans la prise en charge des primates et l’organisation de la présentation au public avaient été relevés ». Elle évoque des évasions répétées et des reproductions non maîtrisées, qui ont fait passer la population de 60 à 165 animaux en quelques années. Elle pointe aussi des conditions d’hivernage précaires, des mesures de prophylaxies insuffisantes et un personnel en sous-effectif.

>> A lire aussi : Biarritz: Plusieurs chats auraient été blessés par balle

Qui a pris en charge les singes après la fermeture ?

Après la fin de l'activité de la Pinède, le site a été rattaché au zoo de Labenne. « Le gérant du zoo a fait l’effort de racheter les lieux, de garder les salariés, et de nourrir et soigner les singes », pointe Lionel Couture, directeur général des services de la commune de Labenne. La Pinède n’a pas été ouverte au public depuis sa reprise.

Après la liquidation judiciaire en avril 2016 l’Etat assure avoir en vain chercher une solution en France et en Europe auprès des parcs zoologiques et des associations de protection des animaux pour placer les primates dans des conditions d’accueil conformes au bien-être animal.

Pourquoi cette euthanasie a été ordonnée ?

Le gérant du zoo avait des suspicions sur l’état de santé des macaques et il a fait pratiquer des tests. « Au terme des mesures de dépistage, les analyses ont révélé en janvier 2017 qu’une très grande majorité des singes est porteuse de l’herpès virus B (MaHV1), explique la préfecture des Landes. Ce virus, s’il est peu résistant dans le milieu extérieur, est en revanche très pathogène en cas de contamination humaine. L’infection est en effet responsable d’une encéphalomyélite, mortelle dans 80 % des cas en l’absence de traitement, et dans 20 % en cas de médication antivirale. Ses séquelles neurologiques et cognitives sont sévères et invalidantes en cas de survie. »

>> A lire aussi : Marseille organise la «coexistence pacifique entre le pigeon et l'homme»

Dans leur avis d’avril 2017, les experts de l’Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), avisés des tests, concluent que la probabilité d’émission du virus au sein du groupe de macaques de Labenne se situe entre 8 (élevé) et 9 (très élevé) sur une échelle de 0 à 9. Informé de ces conclusions et du niveau de dangerosité pour l’Homme, le gérant a averti les services de l’Etat de sa volonté d’une euthanasie de tous les macaques du site.

Ce vendredi, le service d’équarrissage s’est assuré de la suppression de tout risque viral, à l’issue de l’opération.

Quelle est l’histoire de ce site ?

« Il y a un émoi dans la population, constate Lionel Couture. Certains habitants qui nous ont sollicités ont même proposé d’accueillir des singes chez eux, ce qui est inenvisageable. » Il rappelle que les raisons de ces euthanasies sont sanitaires et non économiques. Le site de « La Pinède des singes » était ouvert depuis 30 ans et était devenu une véritable « institution locale », assure le directeur des services, « un fleuron touristique ».