Gironde: La droite et le centre font bande à part sur la Xe circonscription

LEGISLATIVES Les Républicains et l'UDI présentent des candidats communs sur onze des douze circonscriptions du département de la Gironde...

Elsa Provenzano
— 
La droite et le centre ont réussi à s'entendre sur 11 circonscriptions sur douze. / AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH
La droite et le centre ont réussi à s'entendre sur 11 circonscriptions sur douze. / AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH — AFP

François Baroin, chef de file de la droite et du centre pour les législatives était en visite ce jeudi en Gironde pour présenter les candidats investis pour le scrutin des 11 et 18 juin. Si Les Républicains et l’UDI se sont mis d’accord sur des investitures uniques dans onze circonscriptions, rien n’a été possible sur la Xe, qui comprend notamment le Libournais.

>> A lire aussi : Baroin à Bordeaux: «Pour les trois qui sont rentrés au gouvernement, il s'agit de choix personnels»

Jean-Paul Garraud, magistrat et déjà député sur cette circonscription à deux reprises, fait campagne pour LR et Charles Pouvreau, dirigeant d’un cabinet de conseil en ressources humaines, engagé en politique depuis les municipales à Libourne en 2014, pour l’UDI. Le cas n’est pas isolé, une quarantaine de circonscriptions en France sont dans cette situation. On parle de « primaire », même si le terme est trompeur et qu’il n’y aura pas de désignation préalable avant le premier tour des législatives.

De grandes tensions entre les deux hommes

Jean-Paul Garraud reproche à Charles Pouvreau de ne pas avoir soutenu François Fillon, ce qui était une des conditions pour parvenir à une candidature commune. « Il s’est mis en tête qu’il serait député, commente le candidat LR. Il cherche absolument à exister et il a beaucoup de culot ». Dans l’entre-deux tours de la présidentielle, le torchon a même brûlé entre les deux hommes: Charles Pouvreau taxe Jean-Paul Garraud d’appartenir à la « droite brune » dans une lettre ouverte, une expression utilisée par le journaliste Renaud Dély, dans son ouvrage « La droite brune, UMP-FN : Les secrets d’une liaison fatale ». Le candidat LR a porté plainte après la parution de cette lettre ouverte. « Il a sauté sur l’occasion pour faire un scandale et porter plainte », rétorque de son côté le candidat UDI, rappelant qu’Alain Juppé lui avait retiré son soutien en 2012.

>> A lire aussi : Législatives: Basculera, basculera pas? Une circonscription en Gironde fait les yeux doux au Front national

Charles Pouvreau aurait aimé porter la double investiture LR/UDI mais la décision nationale de maintenir sa candidature a un sens, selon lui. « Les électeurs attendent un renouveau et moi je suis très bien accueilli parce que je suis quelqu’un de la vraie vie, qui défend la limitation des mandats », explique le candidat UDI, rappelant que le candidat LR est un haut fonctionnaire, qui a déjà réalisé deux mandats de député.

Montée du FN dans cette circonscription 

Actuellement la Gironde compte un seul député LR, Yves Foulon, également maire d’Arcachon. « Ce ne sont pas des élections faciles » estime Jean-Paul Garraud. « Et c’est dommage que l’union n’ait pas été possible (sur la Xe) car le FN est en hausse sur cette circonscription, le danger c’est de ne pas être au second tour », pointe Nicolas Florian, secrétaire départemental LR et candidat sur la première circonscription. « Sur les 104 communes de la circonscription, le FN arrive en tête dans 70 au premier tour de l’élection présidentielle », s’inquiète aussi Charles Pouvreau.

>> A lire aussi : Bordeaux: Pour Juppé pas «d'opposition frontale» à un gouvernement Macron

Le candidat LR estime que « le jeu est très ouvert » et que « tout est possible ». Sans se risquer aux pronostics, Nicolas Florian estime que le taux de participation sera décisif et que des triangulaires voire des quadrangulaires sont à craindre, au vu des résultats du premier tour de l’élection présidentielle qui a vu l’émergence de quatre forces politiques aux alentours de 20 %.