Ligue 1: Face à l'OM, les Girondins n'auront vraiment pas le droit à l'erreur

FOOTBALL Et pas seulement parce qu'ils veulent la 5e place...

Laetitia Dive

— 

Jaroslav Plasil et ses coéquipiers vont (enfin) jouer devant un stade plein.
Jaroslav Plasil et ses coéquipiers vont (enfin) jouer devant un stade plein. — Philippe Desmazes

Ce samedi, à la veille du match contre l’OM, les Ultramarines se rendront au Haillan lors de l’entraînement pour rappeler aux hommes de Jocelyn Gourvennec que la défaite est tout simplement interdite. Si cette démonstration est devenue une tradition, cette année, elle prend une saveur toute particulière. On vous explique pourquoi en trois points.

L’Europe, toujours l’Europe

En attendant que le PSG batte le SCO d’Angers (ou pas) en finale de Coupe de France, la cinquième place est la seule à être synonyme de qualification en Ligue Europa. A l’issue de la 36e journée, les Phocéens s’y sont installés mais n’ont qu’un petit point de plus que Bordeaux (58 contre 57). Alors forcément, la lutte va être acharnée.

>> A lire aussi : «C'est la télé qui rend gros!» Fabrice Apruzesse, star d'un Bordeaux-OM, icône du football vrai

« Nous sommes dans l’obligation de gagner », estime Jérémy Toulalan dans une interview accordée au site des Girondins qui estime que « contre Dijon puis Saint-Etienne, on pouvait jouer pour ne pas perdre ». Cette fois, la victoire est obligatoire à en croire le milieu de terrain pour qui « c’est plutôt sympa » de jouer ce match qui a « un petit goût de Coupe d’Europe avec deux équipes qui veulent la jouer ».

Invincibles à domicile depuis 1977

Les Phocéens sont rentrés bredouille à l’issue de chaque rencontre à Bordeaux depuis quarante ans. La dernière victoire, c’était le 1er octobre 1977 : l’OM l’emportait 2-1 au Parc Lescure (rebaptisé depuis stade Chaban-Delmas en 2001).

Le club des Girondins et ses supporters aimeraient donc maintenir cette invincibilité en l’emportant dimanche face à l’OM. Derrière la volonté de se qualifier pour l’Europe, il y a aussi une histoire de fierté.

Du public à perte de vue

Les mauvaises langues disaient qu’il faudrait attendre le concert de Céline Dion le 29 juin prochain pour voir le Matmut-Atlantique se remplir entièrement. A croire que Florian Thauvin et ses petits camarades attirent autant que la diva québécoise : la rencontre se jouera à guichets fermés devant plus de 42 000 spectateurs.

Aussi, aucune place ne sera en vente au stade le soir même. Depuis le début de la saison, cela n’était jamais arrivé. D’ailleurs, la moyenne d’affluence par match est de 23 270 spectateurs selon la Ligue. L’affiche est donc aussi un vrai coup de boost pour le (plus si) nouveau stade.

>> A lire aussi : A Bordeaux, les supporters marseillais vont devoir se faire discrets