Sardines et crapules: Quand les supporters de l'OM disent du bien de Bordeaux (et vice versa)

FOOTBALL Avant un match décisif pour la 5e place (dimanche, 21 heures), petit échange d’amabilités entre les supporters de l’OM et ceux des Girondins…

Laetitia Dive et Jean Saint-Marc

— 

Ah, l'époque Bez Tapie... La grande époque.
Ah, l'époque Bez Tapie... La grande époque. — B. Horvat / AFP et LUTTIAU / SIPA
  • La rivalité Bordeaux/Marseille est une des plus mythiques du championnat de France, grâce notamment au duo Bez/Tapie.
  • Mais en les forçant un peu, on arrive à faire dire des gentillesses aux supporters des deux camps.

Après 40 ans sans victoire à Bordeaux, les Marseillais sont chauds bouillants. La belle victoire contre Nice dimanche ? Un simple « échauffement », pour Patrice Evra, en pleine forme en zone mixte après son but et sa célébration NSFW. « Le vrai match, c’est Bordeaux. »

>> A lire aussi : «C'est la télé qui rend gros!» Fabrice Apruzesse, star d'un Bordeaux-OM, icône du football vrai

On voit déjà venir son discours guerrier dans le vestiaire, à base d’invincibilité, d’honneur, de fierté retrouvée, etc. etc. Mais nous, à 20 Minutes, on aborde ce choc européen en mode peace and love. Et pour calmer un peu les esprits, on a demandé aux supporters de chaque camp d’envoyer un petit mot doux au rival de toujours.

Les Bordelais aiment le public du Vélodrome et les sardines

Qu’on se le dise, ça n’a pas été évident. Et il y a eu quelques refus parmi les fans des Marine et Blanc. Connu sous le pseudo de Snakill sur YouTube, Adrien a accepté de jouer le jeu parce que « c’est quand même très drôle comme sujet » (merci Adri, trop gentil). Ensuite, il a tout de même eu besoin de « quelques instants de réflexion » pour finalement louer la ferveur de ses homologues marseillais : « Ils ont un vrai public qui est derrière leur équipe. C’est de vrais chauvins, ils vont défendre leur club même quand ils ont tort… En fait, ils aiment leur club autant que leur famille. »

Maxime aussi évoque la passion populaire pour l’OM, qui transcende même Marseille : « Ils ont derrière eux une grande partie de la population française qui aime le foot. Peu de clubs ont ça en France ». Exilé à Saint-Etienne, le supporter des Girondins a fréquemment vécu l’ambiance bouillonnante du Chaudron et estime que celle du Vélodrome tient la comparaison.

Ne souhaitant tout de même pas aller trop loin dans le compliment, il nuance ensuite son propos : « L’inconvénient de cette popularité, c’est que ça draine des personnes qui n’ont pas grand-chose à voir avec le foot, qui sont moins connaisseuses. » A commencer par certains politiciens ?

>> A lire aussi : Emmanuel Macron et Benoît Hamon fans de l’OM? Tiens donc… Et depuis quand?

En tout cas, à part la passion des supporters, on ne nous a pas mentionné grand-chose. Alors, on a insisté. Chez les joueurs ? « Cette année je ne vois pas », lâche Adrien. Les infrastructures ? « Notre stade est bien plus beau ». Clément évoquera tout de même le fait que Marseille « a l’un des plus beaux palmarès de France », mais à part ça, on sent que ça pique de dire du bien de l’OM. « Si je devais vraiment citer un joueur, je choisirais Giresse, confesse finalement Adrien. Mais c’est parce que c’est un Bordelais. » Rien d’autre ? « Les sardines grillées, c’est bon. Et j’aime bien la bouillabaisse aussi ! »

Du côté de l’OM, un vieux couple et un ennemi commun

« Y a rien à dire sur Bordeaux… Ils sont toujours dans le ventre mou, ils sont insignifiants » : aïe, ça part très mal à Marseille aussi, avec Nicolas, fidèle du Virage Sud. On insiste. C’est son pote Mathieu qui lui file un coup de main : « Ah si, quand ils ont porté réclamation contre Lyon, après le match gagné sur tapis vert contre Bastia. Ça peut nous avantager, et si ça peut emmerder Lyon… »

>> A lire aussi : A Bordeaux, les supporters marseillais vont devoir se faire discrets

« Bordeaux est un club respectable, ils ont quand même eu Zidane », nuance Clément. Ils ont aussi Carrasso (toutes proportions gardées), formé à l’OM et parti du club en 2008 : « J’aimais beaucoup ce joueur très rigoureux et très humain avec les supporters ! »

Avec Romain, on remonte encore plus le temps pour trouver des amabilités à adresser aux Bordelais. Celui qui se fait appeler Camelus Blaah sur Twitter et sur horsjeu.net évoque tout de suite « la rivalité dans les années 1990, avec nos deux sympathiques crapules [Claude Bez et Bernard Tapie] ». L’arrivée de Claude Bez en Cadillac au Vélodrome, les prostituées payées à un arbitre en Coupe d’Europe, l’affaire Giresse… « Si ça se produisait aujourd’hui, je trouverais sans doute ça navrant. Mais à l’époque, j’étais tout gosse, je regardais ça sans trop comprendre… Du coup, il y a aujourd’hui une certaine nostalgie, ça faisait partie du folklore », reprend le presque quadragénaire.

Un folklore qui prendra fin dimanche vers 23 heures, selon son pronostic. Accrochez-vous, c’est précis : « La série va prendre fin sur une victoire de l’OM 1-0, but de Zambo Anguissa en pleine lucarne. Et ensuite, l’OM et Bordeaux vont commencer à s’ennuyer mutuellement… » Comme un vieux couple ? « Comme les grincheux du Muppet Show ! »