VIDEO. Pau: Un refuge aurait euthanasié 1700 chats et chiens entre 2010 et 2013

ANIMAUX Une autre association a porté plainte...

L.D.

— 

En 2014, des cadavres d'animaux avaient été retrouvés dans un congélateur.
En 2014, des cadavres d'animaux avaient été retrouvés dans un congélateur. — Joel Saget

Ce mercredi, l’ancienne vétérinaire de l'association Défense de l'Animal (Confédération des SPA de France) était convoquée devant la chambre régionale de discipline de l’ordre national des vétérinaires selon Le Monde. La raison ? Les responsables de l’établissement sont suspectés d’avoir euthanasié 1.700 chats et chiens entre 2010 et 2013.

En 2014, l’association Animal Cross avait révélé ces morts massives. Selon eux, la moitié des animaux décédés entre 2012 et 2013 auraient été euthanasiés avant le délai légal de dix jours. Le président d’Animal Cross a expliqué au Monde que le refuge de Pau était ainsi devenu « l’antichambre de la mort ».

Asphyxiés à l’éther

Ce dernier aurait été alerté par des salariés et des témoins en mars 2014. Un huissier et trois gendarmes se seraient alors rendus sur place et auraient notamment retrouvé 13 cadavres de chats et deux de chiens dans des sacs, à l’intérieur d’un congélateur.

>> A lire aussi : Côte Atlantique: Pourquoi de plus en plus d'animaux marins s'échouent-ils?

Devant la justice, l’affaire s’était néanmoins soldée par un simple rappel à la loi d’un des soigneurs du refuge, retraité depuis. Depuis, l’association a révélé de nouveaux documents, fournissant notamment le nombre d’entrées et de sorties de fourrière, comparé au nombre d’animaux euthanasiés. En 2013, près d’un tiers des bêtes admises aurait été tué. Certaines auraient aussi été asphyxiées à l’éther.

Concernant la vétérinaire, la décision a été mise en délibéré au 17 mai. Animal Cross s’est par ailleurs constitué partie civile auprès du tribunal de grande instance de Pau.

>> A lire aussi : Charente-Maritime: Naissance rare d'un petit lémur aux yeux turquoise au zoo de la Palmyre