Bordeaux: Pour Juppé pas «d'opposition frontale» à un gouvernement Macron

POLITIQUE Le maire de Bordeaux estime qu’il est nécessaire que des candidats LR et UDI se présentent aux législatives…

Elsa Provenzano

— 

Alain Juppé ne veut pas "redescendre dans l'arène".  / AFP PHOTO / Nicolas TUCAT
Alain Juppé ne veut pas "redescendre dans l'arène". / AFP PHOTO / Nicolas TUCAT — AFP

« Nous avons évité le pire dimanche dernier, a d’abord commenté Alain Juppé ce mardi, en amont du conseil municipal. Le score a été de 86,94 % à Bordeaux ». Le maire Les Républicains avait clairement appelé à voter Emmanuel Macron, pour faire barrage au Front National.

« Certains évoquent l’hypothèse d’une majorité absolue (alliance LR-UDI) qui amènerait à une situation de cohabitation. Si tel n’était pas le cas, il faudrait évidemment que chacun prenne ses responsabilités. Pour ma part, je ne suis pas dans l’état d’esprit d’une obstruction systématique et d’une opposition frontale » à un gouvernement de la majorité présidentielle.

>> A lire aussi : Présidentielle: Qui est Edouard Philippe, pressenti à Matignon?

« L’exclusion est toujours un aveu de faiblesse »

Il estime « nécessaire » que des candidats LR et UDI se présentent aux législatives via une plateforme commune. « Les vieux partis peuvent évoluer, on le voit avec En Marche ! mais les idées derrière ces partis demeurent », a-t-il commenté. Pour lui, il faudra clarifier les différences de la droite et du centre plus tard, après les législatives : l’heure est au rassemblement avant les échéances des 11 et 18 juin. « L’exclusion est toujours un aveu de faiblesse », a-t-il commenté, alors que certains encartés à droite sont tentés de se rapprocher du nouveau président.

>> A lire aussi : Présidentielle: Après la défaite du premier tour, la droite veut se remobiliser en vue des législatives

Interrogé sur un de ses proches, Edouard Philippe, dont le nom circule pour le poste de premier ministre au gouvernement Macron, Alain Juppé a parlé d’un homme « de grande qualité » pour qui il a « beaucoup d’estime et d’amitié ». Il a simplement ajouté que la décision appartenait au président de la République.

Questionné sur sa possible participation au gouvernement Macron, il a répondu : « J’ai pris du recul par rapport à la politique nationale. Je n’ai pas l’intention de redescendre dans l’arène. »