Nouvelle-Aquitaine: Une appli donne aux surfeurs une météo pointue sur leurs spots

NUMERIQUE L'application Weesurf se présente comme le « googlemap » du surf et va ouvrir prochainement des bureaux dans le Sud-Ouest...

Elsa Provenzano

— 

Le 21 juin 2015, illustration surfer sur la plage de Carcans (Gironde)
Le 21 juin 2015, illustration surfer sur la plage de Carcans (Gironde) — MBOSREDON

Lancée en novembre 2015 par trois surfeurs, l’application Weesurf veut devenir l’outil indispensable des pratiquants en localisant les spots, les écoles et les magasins les plus proches mais surtout en délivrant une météo surf spot par spot. « On travaille avec un océanographe qui a développé des algorithmes apportant une grande précision, souligne Arthur Berteloot, un des co-créateurs de l’application, ancien compétiteur et ancien moniteur de surf. On privilégie la qualité de la météo sur la quantité ».

>> A lire aussi : VIDEO. Pouvoir prendre une vague sans la voir ? C'est le pari de See Surf

« Théoriquement on ne peut pas faire mieux »

« L’appli est très bien et complète, estime Jérôme Cordoba, un free surfeur Bordelais. Mais comme tous les surfeurs je pense, je regroupe plusieurs informations avant de partir sur la Côte d’argent ». Si les données sur la houle, le vent et les marées sont essentielles pour prédire la « hauteur théorique de vague », précise-t-il, elles ne sont pas suffisantes. Le fond, récif ou banc de sable, joue aussi et il est impossible de le prévoir car les bancs de sable se déplacent. « Si théoriquement on ne peut pas faire mieux que ces prévisions, elles ont leurs limites, constate ce free surfeur. Aux spots du Porge et de Lacanau, par exemple, distants de 10 kilomètres, c’est la même houle, le même vent mais les bancs de sable ne seront pas les mêmes ».

>> A lire aussi : VIDEO. Et les plus belles plages de France sont...

Au total, l’application recense 2.500 spots dans le monde entier, dont 80 en Nouvelle Aquitaine, « une région mondialement connue pour la qualité de son surf », glisse Arthur Berteloot. L’application totalise 10.000 téléchargements, un nombre qui a fortement augmenté ces derniers mois, après la mise en service de la dernière version sur Iphone et bientôt sur Androïd. Et d’ici la fin de l’année, la start-up espère comptabiliser 50.000 téléchargements, une masse critique qui lui permettrait de devenir rentable. Elle installe des bureaux dans le Sud-Ouest afin de continuer à s’y développer.

>> A lire aussi : Gironde: La surfeuse Justine Dupont sacrée vice-championne du monde à Hawaï

Elle offre aux professionnels du surf la possibilité d’envoyer des notifications géolocalisées, par exemple sur des soldes ou une soirée spéciale. Ils paient pour accéder à la base d'utilisateurs de la start-up, très pertinente pour ces commerces qui ciblent les surfeurs. « Il y a une énorme synergie entre les entreprises locales et Weesurf », assure Arthur Berteloot. Lors de leur tour de France, les créateurs de l’appli ont rencontré environ 250 prestataires, pour fournir les informations les plus précises possible aux pratiquants.