Recherche agriculteurs aux idées vertes pour s'installer sur 27 hectares, près de Bordeaux

ENVIRONNEMENT La Safer, société d'aménagement foncier et d'établissement rural, a lancé un appel à manifestation destiné à de jeunes exploitants désireux de s'installer à Mérignac, près de Bordeaux...

Elsa Provenzano

— 

Les 27 hectares comprennent des près et des bois.
Les 27 hectares comprennent des près et des bois. — Ville de Mérignac
  • On recherche des agriculteurs pour s'installer aux portes de la Métropole Bordelaise. 
  • Les collectivités souhiatent encourager sur le site les pratiques respectueuses de l'environnement. 

« Les agriculteurs locaux couvrent à peine un jour de consommation sur le territoire », alertait déjà en 2010 le rapport Quévremont, commandé alors par la communauté urbaine de Bordeaux. Et depuis, la situation de l’agriculture vivrière sur la Métropole ne s’est pas arrangée, notamment parce que les terres agricoles sont grignotées par l’étalement urbain, comme dans les autres grandes agglomérations françaises.

>> A lire aussi : Une ferme bio et pédagogique

« Une opportunité très rare de vente de terrains agricoles »

Dans ce contexte de fort déclin de l’agriculture périurbaine, la Safer Aquitaine Atlantique, société d’aménagement foncier et d’établissement rural a lancé en partenariat avec la Région un appel à manifestation d’intérêt auprès d' agriculteurs, en s’appuyant sur « une opportunité très rare de vente de terrains agricoles périurbains sur la commune de Mérignac », écrit-elle dans cet appel. Quelque 27 hectares de terres agricoles, constituées de prés et de bois, sont disponibles pour accueillir en priorité de nouveaux exploitants hors cadre familial. 

Les terres ne sont pas cultivées depuis trois ans.
Les terres ne sont pas cultivées depuis trois ans. - Ville de Mérignac

Près de 70.000 habitants vivent à Mérignac, commune située à l’ouest de Bordeaux, et sur laquelle cohabitent principalement aujourd’hui de l’élevage de volailles et de la viticulture. « On pense être les premiers sur l'agglomération à lancer ce type d’initiative, surtout de cette ampleur. 27 hectares c’est beaucoup à l’échelle de la Métropole », commente la mairie de Mérignac.

Les terres concernées ne sont pas cultivées depuis trois ans, un des critères pour prétendre à la labellisation en agriculture biologique. Et la Ville, Bordeaux Métropole et la Safer, associées sur ce projet, veulent y développer « une activité de production agricole alimentaire respectueuse de l’environnement (haute valeur environnementale, agriculture raisonnée, agriculture biologique etc.) avec un système de commercialisation en circuit court », détaille l’appel. Il est même précisé que les projets doivent, si possible, prévoir une conversion au bio à moyen terme.

>> A lire aussi : Bio des villes et bio des champs en plein essor

Des installations pouvant être aidées financièrement

Le prix de vente des terrains est de 8.000 euros par hectare en moyenne (jusqu’au 31 décembre 2017). Mais les collectivités sont si déterminées à reconstruire une agriculture vivrière aux portes de la ville et de la Métropole, qu’elles n’excluent pas d’acquérir le foncier pour le mettre à la disposition d’exploitants qui répondraient aux critères de l’appel mais qui n’auraient pas les ressources financières suffisantes. La ville de Mérignac, Bordeaux Métropole ou l’association Terre de liens pourraient alors en devenir propriétaires et les aménager. Une possibilité qui est avancée à titre d’option pour l’instant et qui dépendra aussi des autres candidatures.

L’appel court jusqu’au 3 juin et on saura en juillet quels sont les types d’agricultures (petit élevage, maraîchage) retenus sur le site. La Ville s’attend à recevoir beaucoup d'offres d’agriculteurs pour cette parcelle bien localisée.