Grippe aviaire: Des parrainages de canards lancés pour repeupler les élevages du Sud-Ouest

AGRICULTURE L’association La cagnotte des Champs a lancé un appel aux parrainages pour aider les éleveurs à remplir leurs exploitations après la crise virulente H5N8…

Elsa Provenzano
— 
Illustration d'un élevage de canards dans le Gers.
Illustration d'un élevage de canards dans le Gers. — G. Durand / 20 Minutes
  • L’opération baptisée Palmipaide consiste à parrainer un caneton, via un don minimum de 5 euros
  • La Cagnotte des Champs s’engage à sélectionner des élevages artisanaux, de petites tailles et respectueux de l’environnement

« Aidons les 100 000 hommes et femmes travaillant dans la filière palmipède à la reconstruire ! », écrit l’association La cagnotte des champs dans son appel aux parrainages, lancé il y a quelques jours pour aider les éleveurs frappés par la crise aviaire à se relever.

Après les abattages massifs, le vide sanitaire est encore de rigueur jusqu’au 28 mai sur l’ensemble des exploitations des Landes, Pyrénées-Atlantiques, Tarn, Gers, Lot-et-Garonne et Hautes-Pyrénées. Les canetons seront ensuite réintroduits petit à petit.

>> A lire aussi : Grippe aviaire dans les Landes, «ici, on veut être fiers de ce qu'on produit et le manger»

L’opération baptisée Palmipaide consiste à parrainer un caneton, via un don minimum de 5 euros, pour aider les éleveurs à repeupler leurs exploitations. Le consommateur qui choisit de parrainer un animal peut le nommer, choisir l’exploitation dans laquelle il sera élevé et il recevra même de ses nouvelles.

Près de 500 palmipèdes déjà parrainés 

Depuis son lancement, l’opération a permis de parrainer 473 canards et elle se poursuit jusqu’au 31 mai. Le 15 mai, date à laquelle se termine l’appel auprès des éleveurs, les noms de toutes les exploitations seront visibles sur la plateforme.

>> A lire aussi : Six semaines pour nettoyer les élevages et mettre un terme à l'épidémie de grippe aviaire

La Cagnotte des Champs a une charte éthique et s’engage à sélectionner des élevages artisanaux, de petites tailles et respectueux de l’environnement. « L’idée est de permettre aux gens qui vivent près de ces exploitations de les soutenir », souligne Clément Campos, cofondateur de La Cagnotte des Champs. Les premiers donateurs sont d’ailleurs tous issus des départements concernés par les abattages massifs de palmipèdes.