Saint-Michel ne veut pas être oublié

Orianne Dupont - ©2008 20 minutes

— 

Un jeune s'entraîne au basket près de l'église en rénovation, une Bordelaise prend le soleil, des commerçants ambulants déballent leur marchandise... En semaine, l'ambiance de la place Saint-Michel est bien loin de l'agitation de Sainte-Catherine. Et les habitants ne s'en plaignent pas. « J'aime le décor, la place, la proximité de la gare, reconnaît Pierre, étudiant de 22 ans. Et le côté populaire. » « C'est sympa et les commerces sont ouverts tard », surenchérit Solène, qui vient de s'installer. Mais au-delà de ce côté convivial qui attire de plus en plus les familles bobo et les étudiants, les habitants ont parfois le sentiment d'être mis de côté. « Ils se sentent oubliés par la mairie : le stationnement ne s'améliore pas et il y a beaucoup d'immeubles insalubres », souligne Marie, employée dans une boulangerie du quartier.

Pourtant, à la mairie, on se targue de faire beaucoup : « Nous avons rénové les écoles, une crèche est en construction, les logements sont réhabilités et un espace vert de 6 hectares va voir le jour sur les quais en 2008 », explique Jean-Marc Gaüzère, l'élu du quartier, qui affirme vouloir maintenir l'identité populaire et atypique de Saint-Michel quand certains craignent les conséquences de la réhabilitation sur les familles modestes. Pourtant, Colette, commerçante du quartier depuis vingt ans, constate le changement : « Avant, c'était différent, il y avait beaucoup de commerces originaux. Aujourd'hui, la plupart ont disparu. »