Ligue 1: Grâce à un Sankharé très en forme, Bordeaux atteint (temporairement?) la quatrième place

FOOTBALL Pour leur avant-dernier match à domicile, les Girondins se sont imposés 2 à 0 face à des Bastiais qui vivent une fin de saison houleuse...

Laetitia Dive, avec Geoffrey Clemençon

— 

L'homme du match, c'est lui.
L'homme du match, c'est lui. — Nicolas Tucat

Ce fut long. Il aura fallu attendre la seconde période et un changement tactique (passage en 4-4-2) pour que les hommes de Jocelyn Gourvennec trouvent le chemin des filets. En cette 34e journée, l’homme de la situation s’appelle Younousse Sankharé.

On a trouvé l’homme du match

Un éclair de génie. Une passe millimétrée pour Malcom qui n’avait plus qu’à profiter de ce caviar pour ouvrir le score (55e). Puis, avec un but de la tête après une première remise du haut du crâne de Nicolas Pallois (69e), Younousse Sankharé a montré qu’il est de plus en plus indispensable à Bordeaux : « On voit sa détermination. Il m’aide beaucoup au milieu, son arrivée fait du bien à l’équipe » estime Valentin Vada.

Impliqué sur les trois derniers buts de son équipe, le joueur formé au Paris-Saint-Germain veut tout de même garder les pieds sur terre : « En ce moment, j’ai la chance d’être là où il faut. Je fais mon petit bonhomme de chemin. » Un constat partagé par Jocelyn Gourvennec « Il a haussé son niveau pour être plus performant à Bordeaux (…) Aujourd’hui c’est un joueur très constant, un vrai compétiteur. » Bref, « il est devenu très mature » selon celui qui l’a eu sous ses ordres durant trois ans à Guingamp.

Une quatrième place synonyme de belle vitrine 

Cette embellie est à l’image de son équipe qui se rapproche de l’Europe et double (temporairement ?) Lyon au classement en atteignant (et ça faisait très longtemps !) la 4e place. Mais pas d’enflammade : malgré une troisième victoire d’affilée, « On a un sentiment mi-figue mi-raisin, Bastia a eu des occasions donc avant de penser à l’Europe il y a d’abord Dijon et Marseille », explique Younousse Sankharé.

>> A lire aussi : Ligue Europa : Aïe… Alexandre Lacazette pourrait être absent pour la demie

Marseille, justement,  était au coude à coude avec les Marine et Blanc ces derniers temps, avant de se faire distancer après son match nul face à Nancy (0-0). Côté Girondins, Jocelyn Gourvennec ne veut surtout pas s’avancer, malgré le sourire qu’il affiche quand on l’interroge sur le sujet : « On savait très bien qu’une victoire aurait des conséquences au classement en ce sens, mais ça reste un classement provisoire. »

Bastia a fait dans le cliché

A l’issue de la rencontre, le coach a aussi évoqué le sort de Bastia, dans la tourmente sur les terrains comme en tribune. Après les débordements lors du match face à Lyon et la sanction qui en a découlé, le Sporting avait fait le déplacement sans ses supporters.

Sur la pelouse aussi, les joueurs de Rui Almeida ont renoué avec leurs vieux démons. A la 75e minute, Abdelhamid El Kaoutari s’est fait confirmer que deux cartons jaunes ça donne un rouge (contestation puis semelle sur Younousse Sankharé).

La nervosité ambiante est en partie due à la mauvaise passe extra-sportive : « Les joueurs sont humains, je suis humain. Nous voulons surmonter ce qui s’est passé », a reconnu le coach, dont l’équipe est actuellement dernière du classement. En zone mixte, les joueurs n’ont pipé mot après cette nouvelle défaite.

>> A lire aussi : OM: Blasé du match nul à Nancy, Rudi Garcia réclame l'arbitrage vidéo dans le foot