Gironde : Les pompiers ont circonscrit l’incendie

INCENDIES En moins de deux jours, le feu a détruit plus de 1.100 hectares de pinède sur quatre communes…

M.L. avec AFP

— 

Des pompiers en action sur un incendie de forêt (illustration).
Des pompiers en action sur un incendie de forêt (illustration). — MEHDI FEDOUACH / AFP

Vendredi, en fin de journée, les pompiers ont annoncé que le violent incendie, qui a détruit depuis jeudi après-midi plus de 1.100 hectares de pinède en Gironde, était « circonscrit ». Plusieurs jours de traitement par les pompiers sont encore nécessaires avant que celui-ci soit totalement éteint.

Quelque 200 pompiers, une centaine de véhicules, deux avions bombardiers d’eau Canadair, au lieu de quatre la veille, restaient engagés en début de soirée, selon les pompiers, sur le feu qui s’est déclenché vers 15h jeudi. Il ne menaçait pas d’habitations mais a dévoré, en 24 heures, une zone de pinède étendue sur quatre communes (Cissac, Saint-Laurent-Médoc, Saint-Germain-d’Esteuil, Hourtin).

Le feu n’évolue plus

D’abord « contenu » en la mi-journée, le feu a été stabilisé puis « circonscrit » dans le courant de l’après-midi, selon les pompiers (SDIS). Son périmètre, des lisières totalisant environ 20 kilomètres, n’évoluait plus mais des foyers restaient actifs à l’intérieur, selon la préfecture.

Selon le colonel Jean-Paul Decellières, du SDIS de Gironde, éteindre définitivement l’important incendie « pourrait prendre plusieurs jours », en fonction des conditions, du vent notamment, dont l’affaiblissement a aidé vendredi. Des pluies n’étaient toutefois pas a priori attendues avant mardi.

Une femme pompier légèrement brûlée 

L’incendie de Cissac a fait, pour l’heure, un blessé. Jeudi après-midi, une femme pompier de 36 ans avait été légèrement brûlée et évacuée vers le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Bordeaux. Deux autres pompiers ont été incommodés par un coup de chaud et une trentaine de personnes, vivant dans des habitations isolées, avaient été évacuées.

>> A lire aussi : La boule anti-feu qui éteint les incendies en quelques secondes débarque en France

Une enquête sur les causes de l’incendie a été ouverte par la gendarmerie, confiée à la Brigade de recherches de Lesparre-Médoc.

Risques sévères

Depuis jeudi, les pompiers girondins ont reçu des renforts de Nouvelle-Aquitaine (Charente-Maritime, Corrèze, Deux-Sèvres, Pyrénées-Atlantiques, Landes, Vienne).

L’assèchement de la végétation ces dernières semaines, allié à des vents d’est et nord-est soutenus, avaient réuni des conditions hostiles pour les pompiers et la Gironde, comme le Lot-et-Garonne limitrophe et la Corrèze, restaient en risque sévère incendies pour vendredi.