L'objectif de la société Yoyo est d’accélérer la collecte des plastiques dans le centre ville de Bordeaux.
L'objectif de la société Yoyo est d’accélérer la collecte des plastiques dans le centre ville de Bordeaux. — Yoyo

ENVIRONNEMENT

VIDEO.Yoyo va récompenser les Bordelais qui collectent leurs bouteilles plastiques

L’entreprise Yoyo va travailler avec des entreprises partenaires pour offrir des réductions et des bons d’achats aux bons trieurs bordelais de bouteilles plastiques, à partir du mois de mai…

Entre la carotte et le bâton, Yoyo a clairement fait son choix. L’entreprise, qui propose aux particuliers des récompenses (bons d’achats, réductions etc.) en échange de la collecte de bouteilles plastiques en centre-ville, se lance officiellement à Bordeaux, au mois de mai.

Doubler le taux de recyclage des plastiques en 2 ans

L’entreprise part du constat d’un taux de recyclage moyen des plastiques d’environ 25 % dans les grandes villes européennes. Dans les centres-villes, beaucoup de plastiques sont consommés mais les contraintes et les erreurs de tri font qu’ils sont insuffisamment collectés et donc recyclés. « C’est parce qu’on agit juste après la consommation que ça marche, si vous attendez que le plastique soit dans la Garonne ou dans la rue, c’est foutu », souligne Eric Brac de la Perrière, fondateur de Yoyo. L’objectif est de doubler le taux de recyclage des plastiques dans le centre de Bordeaux, en moins de deux ans.

>> A lire aussi : Faut-il passer par la récompense ou le jeu pour mettre les Français au tri?

La plateforme parie sur l’attrait de récompenses pour mobiliser les particuliers à trier (bouteilles d’eau, soda, jus, huile…) « Et tout le monde leur dit que leurs déchets valent de l’or mais finalement ils payent des impôts et leurs consommations, sans que personne ne leur donne quoi que ce soit », analyse le fondateur de Yoyo.

Et pour lui, il faut motiver les consommateurs sur ces questions, sans attendre plus longtemps. « Je suis un expert en recyclage de plastique, précise celui qui a été directeur général d’Eco-Emballages pendant 7 ans. Beaucoup de gens disent que c’est mieux si cette conscience environnementale se fait sans récompense, mais depuis 20 ans la progression est très lente. J’estime que la récompense est une façon de tester de nouveaux moyens pour inciter à la mobilisation. »

>> A lire aussi : Danone et Nestlé vont fabriquer les premières bouteilles en plastique végétal

Des bouteilles recyclées au nord de Bayonne

Concrètement, les habitants qui souhaitent participer s’inscrivent sur la plateforme et reçoivent un sac Yoyo dans lequel ils collectent leurs plastiques transparents en les compactant au préalable. Chaque sac peut contenir jusqu’à 50 récipients. Ils le déposent ensuite auprès des commerçants partenaires de l’opération (une trentaine aujourd’hui à Bordeaux-centre), qui le vident et créditent le compte de l’utilisateur.

La Poste se charge de collecter les sacs et Veolia les regroupe. « Les bouteilles vont directement chez le recycleur Regene Atlantique, au nord de Bayonne, alors que dans les filières classiques, elles peuvent faire des centaines de kilomètres », précise Eric Brac de la Perrière. De nouvelles bouteilles en plastique seront produites à partir de celles recyclées. C’est en vendant cette matière au recycleur que Yoyo rémunère son activité.

>> A lire aussi : La Bretagne prend soin de ses bouteilles et veut relancer la consigne

Une consigne 2.0

En démarrage à Lyon et Bordeaux, Yoyo compte aussi se développer à Lille et Marseille et s’attaquer par la suite à la collecte de plastiques non recyclables. « Cette consigne 2.0 qu’on met en place existe déjà dans les pays du nord et dans certains pays émergents », précise le fondateur, qui a eu l’idée de développer Yoyo lors d’un voyage en Birmanie.

Si le fondateur de Yoyo convient qu’il faut chercher à diminuer à la source la production de plastiques, il estime la mesure insuffisante. Il faut, selon lui, également traiter en parallèle ce qui est consommé.

On verra dans les prochains mois si cette opération séduction fonctionne auprès des Bordelais.