Bordeaux: L'atelier d'éco solidaire, un modèle de recyclage

ECONOMIE SOCIALE Installé depuis quatre ans aux Bassins à flot, cet entrepôt qui revend et transforme des objets en fin de vie, a déjà créé 17 emplois...

Mickaël Bosredon

— 

Le show-room de l'Atelier d'éco solidaire, où les meubles trouvent une seconde vie après avoir été customisés
Le show-room de l'Atelier d'éco solidaire, où les meubles trouvent une seconde vie après avoir été customisés — M.Bosredon/20Minutes

La dixième édition du marché des créateurs-recycleurs (7-9 avril) sera l’occasion pour l’Atelier d’éco solidaire de « montrer la dynamique qui existe sur ce sujet », explique Fabrice Kaïd, directeur de la structure. Une vingtaine de créateurs recyclant des objets destinés à être jetés, viendront sur le site de l’Atelier d’éco solidaire exposer leur savoir-faire.

>> A lire aussi : Bordeaux: Taxer les poubelles en fonction de leurs poids permet-il de les faire fondre?

Créé il y a sept ans, l’Atelier d’éco solidaire est installé dans un entrepôt aux Bassins à flot depuis septembre 2012. Là où tout a vraiment commencé. Il y recueille tous types d’objets en fin de vie et destinés à la déchetterie, pour les revendre, en l’état ou retravaillés. « Bien entendu il faut que l’objet soit réutilisable, et on ne prend ni électrique ni électronique », précise Fabrice Kaïd.

La plateforme principale de l'Atelier d'éco solidaire, où l'on trouve tous types d'objets
La plateforme principale de l'Atelier d'éco solidaire, où l'on trouve tous types d'objets - M.Bosredon/20Minutes

 

Son épouse, Nathalie, est l’œil artistique de la maison. C’est elle qui, d’un regard, décide si tel ou tel meuble mérite de passer entre les mains expertes des artisans ébénistes ou tapissiers de la recyclerie, pour connaître une seconde vie. Ainsi un bidon peut devenir une lampe de chevet. Et le vieux canapé de grand-mère, une fois customisé, retrouver place dans un décor contemporain et soigné.

Canapé designé par les équipes de l'atelier d'éco solidaire
Canapé designé par les équipes de l'atelier d'éco solidaire - M.Bosredon/20Minutes

 

Car ici, tout est fait avec goût. « Notre principe, c’est de proposer des pièces uniques et surtout d’une extrême qualité, insiste Fabrice Kaïd, c’est important pour redonner sa dignité à l’objet. »

Rendre sa dignité à l’objet, et à l’humain

La dignité, il s’agit de la rendre à l’humain aussi. L’atelier emploie 17 salariés, dont onze en CDI. « Tous sont entrés chez nous en contrat d’insertion, et on a préféré les garder pour constituer une équipe fédérée, soudée », souligne Fabrice Kaïd. Une équipe qui accueille elle-même des publics en difficultés, ou qui se déplace dans les établissements scolaires, pour sensibiliser sur le recyclage et la transformation des objets.

Plusieurs artisans travaillent à l'atelier d'éco solidaire pour donner une seconde vie aux objets
Plusieurs artisans travaillent à l'atelier d'éco solidaire pour donner une seconde vie aux objets - M.Bosredon/20Minutes

 

>> A lire aussi : Des chambres à air de vélos transformées en sacs et accessoires dans un atelier Girondin

L’établissement accueille aussi de nombreux bénévoles. « En 2016, nous avons proposé 10.000 heures de bénévolat. Depuis le début de la semaine par exemple, nous travaillons ainsi avec un réfugié syrien, qui était tapissier dans son pays. »

Plus de 400 tonnes d’objets collectés en quatre ans

La structure a touché depuis son ouverture près de 50.000 personnes, qui ont dépensé un panier moyen de 8,80 euros. « L’an passé, notre plateforme principale où nous revendons les objets en l’état a généré 115.000 euros, et notre show-room avec les objets d’artistes 32.000 euros. »

>> A lire aussi : Gironde: En 2013, un habitant a recyclé en moyenne 56 kg d'emballages ménagers

En quatre ans, l’atelier a collecté 426 tonnes d’objets. « C’est faible au regard du volume collecté à l’échelle de la métropole, concède Fabrice Kaïd, mais c’est incroyable de voir la richesse que cela a généré en termes d’emplois, même si notre modèle économique reste fragile, et que les salaires, de tout le monde, restent frugaux. »

Mais, « imaginez ce que cela donnerait, si chacun des 750.000 habitants métropolitains apportait un kilo de déchets chaque année, et repartait avec un nouvel objet… » se prend à rêver Fabrice Kaïd.

Marché des créateurs-recycleurs, samedi 8 et dimanche 9 avril de 10h à 19h, 7, rue de la Motte-Picquet aux Bassins à flot à Bordeaux. www.atelierdecosolidaire.com