Gironde: La fibre, «un défi technologique de même nature que le déploiement de l'eau ou de l'électricité»

INFRASTRUCTURES Le plan «haut méga» du conseil départemental de la Gironde, d'un montant de 650 millions d'euros, vise à installer la fibre sur l'ensemble du département d'ici à dix ans. Cela représente 23.500 kms de câbles à installer...

Mickaël Bosredon
— 
Extension d'un réseau de fibre optique en France (illustration).
Extension d'un réseau de fibre optique en France (illustration). — F.Durand/Sipa

Alors que Bordeaux devrait être équipée en très haut débit à 90 % d’ici à la fin de l’année, et l’ensemble des 27 communes de la métropole à quasiment 100 % d’ici à fin 2018, le reste du département de la Gironde - soit 410.000 foyers - est à ce jour totalement délaissé par les opérateurs.

« Sur le département, les opérateurs ne s’intéressent qu’à la métropole et à la ville de Libourne. Ils considèrent que la rentabilité est là, et s’il n’y a pas rentabilité ils ne déploient pas. Pourtant, la métropole ne représente que 20 % du territoire, et la moitié de la population du département vit sur les autres 80 % » constate Jean-Luc Gleyze, président PS du conseil départemental de la Gironde.

Des besoins qui augmentent de 30 % chaque année

« Plus on va loin dans les campagnes, plus le coût est élevé, note pour sa part Vincent Bouyer, directeur général d'Orange Sud-Ouest. Il faut créer entièremement un nouveau réseau, c'est un véritable défi industriel. »

Les besoins en très haut débit (plus de 30 mégabits/seconde) vont pourtant se faire de plus en plus nécessaires. L’accès des foyers à un service « TV+Internet+Téléphone » réclame en effet un débit minimum de 3 à 4 Mbit/s. « Il convient également d’anticiper un besoin supérieur à 30 Mbit/s d’ici à 10 ans, car nos usages augmentent de 30 % chaque année » indique le département.

« Aujourd'hui, une implantation économique, voire résidentielle, repose sur la qualité du débit»

Celui-ci a du coup lancé un plan « haut méga » qui consiste au déploiement de la fibre dans l’ensemble de la Gironde d’ici à dix ans. Un chantier de 650 millions d’euros financé par l’Europe, l’Etat, la région, le département, et les communautés de communes. L'opérateur qui sera choisi à l'issue de l'appel d'offres qui vient tout juste de se clôturer, participera également. Cinq opérateurs ont répondu. Dont Orange qui promet un déploiement sur le département d'ici à 2024-2025 s'il est retenu.

« Ce plan est pour nous fondamental, assure Jean-Luc Gleyze, car si nous ne faisons rien nous accentuerons la disparité entre les territoires et la désertification des secteurs ruraux. Cela représente 23.500 kms de fibre à tirer. C’est un défi technologique de la même nature que le déploiement de l’eau ou de l’électricité. Aujourd’hui, une implantation économique, voire une implantation résidentielle, repose sur la qualité du débit dans la commune. Et c’est de l’emploi pour les Girondins, puisque ce plan représentera 500 emplois directs. » Le début des travaux est prévu pour 2018.

Haut débit: encore 39 zones blanches en Gironde

Parallèlement, le déploiement du haut débit (moins de 30 Mbit/s) se poursuit. « Quelque 39 points dans le département en sont dépourvus, on appelle cela les zones blanches. Nous avons lancé un plan de 3,2 millions d’euros pour équiper ces 39 points d’ici à la fin de l’année » explique Jean-luc Gleyze.

Le département réalise ces investissements via son établissement Gironde Numérique, un syndicat mixte créé avec les inter-communalités.