Pau: Fermeture annoncée d'une usine d'engrais fin 2018, le personnel entame une grève

SOCIAL Selon les syndicats de l'usine, une centaine d'emplois serait menacée par cette fermeture du site Palois...

E.P. avec AFP

— 

Le site de l'usine d'engrais Yara à Pau.
Le site de l'usine d'engrais Yara à Pau. — Capture d'écran Google maps

Ce mercredi, les salariés de l'usine Yara de Pardies près de Pau, ont entamé un mouvement de grève massivement suivi, pour protester contre la fermeture de leur site, annoncée pour fin 2018 par le groupe norvégien d'engrais. 

>> A lire aussi : Pas-de-Calais: Cinquante-sept licenciements pour «sauver» la conserverie DMT

100 emplois menacés 

« Le comité central d'entreprise (CCE) au siège de Yara à Paris nous a annoncé mardi la fermeture du site de Pardies au quatrième trimestre 2018 », a expliqué Jean-François Derolez, élu CGT et représentant au CCE, selon qui une centaine de salariés perdraient leur emploi.

Selon lui, la direction de Yara France justifie la fermeture de l'usine par des « raisons économiques », ce que les syndicats contestent. « Le site ne serait pas rentable. On nous annonce des pertes considérables à l'horizon 2021 », indique M. Derolez.

Mais les syndicats ne croient pas à ces prévisions, fustigeant une direction «même pas capable de donner des chiffres pour l'année prochaine» en invoquant « un marché très instable », dit-il.  «En fait, je pense que c'est une offrande de la France à la Norvège! La direction norvégienne (du groupe) pratique le protectionnisme », a accusé l'élu CGT.

A l'issue d'une assemblée générale tôt mercredi matin, les syndicats de l'usine ont lancé un mouvement de grève pour 24 heures, reconductible et suivi quasiment à 100%, a-t-il indiqué.

La direction précise de son côté qu'elle va s'efforcer de trouver un repreneur. Si cette recherche « ne devait pas aboutir, des solutions d'accompagnement seraient mises en oeuvre pour trouver une solution d'avenir pour les 85 salariés du site », dit-elle, assurant vouloir favoriser dans ce cas « la mobilité professionnelle et/ou géographique, ainsi que la réalisation de projets personnels ou professionnels ».

>> A lire aussi : Airbus prévoit de supprimer plus de 1.000 postes

Un programme d'économies 

Yara emploie au total 700 personnes en France sur quatre sites: Montoir-de-Bretagne en Loire-Atlantique, Ambès en Gironde, Le Havre en Seine-Maritime, et Pardies. Le site béarnais produit du nitrate d'ammonium, avec une capacité maximale de 80.000 tonnes par an, selon M. Derolez. Contactées mardi soir, les directions française et norvégienne de Yara n'avaient pas réagi mercredi matin.

Le fabricant norvégien d'engrais minéraux a présenté le mois dernier des résultats 2016 décevants, et même dans le rouge sur le dernier trimestre, pâtissant d'une baisse prononcée des prix de ses produits-phares.

Pour doper sa rentabilité, Yara International a mis en place un programme d'économies visant à améliorer d'au moins 500 millions de dollars ses bénéfices avant impôts (EBITDA) à l'horizon 2020, dont 150 millions dès cette année.