Nouvelle-Aquitaine: «Cela fait 10.000 ans que la côte recule»

CLIMAT Même si l'action de l'homme accélère les changements, la raison première de l'érosion des côtes est due à l'évolution climatique depuis la dernière ère glaciaire...

Mickaël Bosredon
— 
Lacanau, 12 mai 2014. - Travaux de restauration des dunes de la plage centrale de Lacanau dont le littoral a ete endommage lors des intemperies de l'hiver 2014. - Photo : Sebastien Ortola
Lacanau, 12 mai 2014. - Travaux de restauration des dunes de la plage centrale de Lacanau dont le littoral a ete endommage lors des intemperies de l'hiver 2014. - Photo : Sebastien Ortola — SEBASTIEN ORTOLA

L’observatoire de la côte aquitaine a effectué cette semaine de nouvelles mesures sur la côte Atlantique en Nouvelle-Aquitaine, pour observer le recul du trait de côte. Cyril Mallet, ingénieur-géologue au BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) pour l’Observatoire, nous livre ses conclusions.

Pourquoi les côtes reculent-elles ? Les littoraux meubles (notamment les côtes sableuses) exposés à des milieux océaniques « reculent avant tout pour des raisons naturelles » insiste Cyril Mallet. « Ils reculent globalement depuis 10.000 ans et notre dernière ère glaciaire. Depuis, le climat s’est réchauffé et le niveau marin remonte en gagnant du terrain sur la côte. De plus, les fleuves qui charriaient beaucoup de sédiments vers la côte il y a 10.000 ans, amenant ainsi des matériaux, en amènent moins et le stock sédimentaire n’est plus alimenté. » L’action de l’homme est toutefois également mise en cause. « Depuis l’ère industrielle, nous observons une tendance à l’accélération du réchauffement climatique et de l’augmentation du niveau marin. De plus, la construction d’ouvrages, notamment les barrages, agit également sur le recul du trait de côte. »

De combien les côtes reculent-elles ? Sur les 270 km de côtes en Nouvelle-Aquitaine, le recul moyen est de 2,5 m par an en Gironde, 1,7 m dans les Landes et 25 cm sur la côte rocheuse du Pays Basque. C’est une moyenne sur plusieurs décennies. Mais en 2013, suite aux fortes tempêtes, le littoral a fortement reculé. « Depuis 2014 les taux de recul sont redevenus normaux » observe Cyril Mallet.

Les côtes peuvent-elles regagner du terrain sur l’océan ? Oui, cela arrive. « Certaines dunes arrivent à se reconstituer et avancent vers la mer » note Cyril Mallet. « Mais tous les 5-10 ans, on va connaître une nouvelle érosion et la tendance global du coup est au recul. » En revanche, à certains endroits, la dune ne se reconstitue jamais. « C’est le cas au sud du Bassin d’Arcachon où nous connaissons une érosion chronique. »

Quelles sont les projections de ce recul du trait de côte ? La mesure de l’érosion « de façon précise » se fait depuis 2002. « Mais l’observatoire de la côte aquitaine effectue des mesures depuis 1996 » rappelle Cyril Mallet. « On peut remonter plus loin dans le temps en comparant les côtes avec des cartes et des photographies. » Forts de ces éléments, les spécialistes estiment que la côte de la Nouvelle-Aquitaine aura reculé d’une vingtaine de mètres en 2025 et de cinquante mètres en 2050.

Avec quels outils sont effectués les mesures ? Avant tout avec des GPS sur le terrain, au pied de la dune. Et, « parce qu’on ne peut pas aller mesurer ainsi les 270 km de côte » avec des images aériennes (drones, avions satellites.) « On combine les deux. Ce qui est important, c’est d’effectuer des suivis réguliers, car il peut y avoir des variations saisonnières importantes. »