Bordeaux: Le parcours du futur muséum commence à prendre forme

SCIENCES En travaux depuis 2015, le muséum d'histoire naturelle de Bordeaux, situé dans l'enceinte du jardin public, devrait rouvrir au printemps 2018...

Mickaël Bosredon

— 

Image de synthèse du hall d'entrée du futur muséum de Bordeaux
Image de synthèse du hall d'entrée du futur muséum de Bordeaux — Die Werft

Fermé depuis 2010, en travaux depuis 2015, le muséum d’histoire naturelle de Bordeaux devrait rouvrir… au printemps 2018. Si tout se passe bien. « Les travaux du bâtiment devraient s’achever fin mars-début avril. Après, il y aura l’installation des vitrines restaurées, la création de nouvelles vitrines, les dispositifs multimedia, les éclairages… Tout cela devrait être livré en octobre. Et j’estime à huit mois le temps pour l’installation des collections » explique Nathalie Mémoire, conservatrice du muséum. 20Minutes a pu visiter le chantier. Visite guidée.

Le muséum d'histoire naturelle sera en travaux jusqu'en septembre 2017.
Le muséum d'histoire naturelle sera en travaux jusqu'en septembre 2017. - E.Provenzano / 20 Minutes

Un parcours entièrement repensé

La nouvelle entrée du public a été déplacée et débouchera sur un hall d’accueil plus vaste qui a été gagné sur d’anciennes salles d’exposition. Il permettra d’accueillir un plus grand nombre de visiteurs. « Dans les dernières années nous étions montés à 60.000 visiteurs par an, nous espérons passer à 80.000 voire 100.000 » explique Nathalie Mémoire. « Nous avons gagné le maximum de surface que l’on pouvait : au total, il y aura 2.300 m2, dont des surfaces d’exposition, des salles de médiation, les espaces vestiaires, halls… »

>> A lire aussi : Bordeaux: Le bâtiment de la future Meca sera «une œuvre d'art aussi belle de jour que de nuit»

Le nouveau muséum est pensé autour de « trois rythmes : un pour les expositions temporaires classiques, une partie expositions permanentes, et une partie intermédiaire, qu’on a appelée semi-permanent, sur un rythme de trois-quatre ans pour faire tourner nos collections. »

Parmi les nouveautés, une nouvelle salle sera créée en sous-sol, dédiée aux expositions temporaires. « C’est un espace de 450 m2 avec des cloisons mobiles permettant une modularité des espaces. La première expo est déjà programmée. »

Autre nouveauté : un espace de 100 m2 au rez-de-chaussée dédié aux moins de six ans. « Nous y présenterons des expositions qui tourneront tous les deux-trois ans. Les enfants auront leur salle d’animation spéciale avec du mobilier adapté, et deux salles d’exposition. La première exposition sera consacrée à "Tous les bébés", dans laquelle les enfants pourront se comparer aux bébés animaux, et humains. »

Le premier étage accueillera les espaces des expositions semi-permanentes, avec la première exposition « Qui mange quoi ? » et un espace dédié aux collections régionales, dont le premier thème sera le littoral aquitain.

La future salle des expositions semi-permanentes
La future salle des expositions semi-permanentes - M.Bosredon/20Minutes

Au deuxième étage se trouvera la salle d’exposition permanente, construite autour de l’idée de la nature vue par les hommes. La première thématique sera consacrée à la diversité géographique car « nous avons principalement des collections du monde entier. » Ensuite, « on partira à la découverte du temps, et des fossiles, et une autre séquence montrera la diversité des collections, pour expliquer que qui est montré au musée est loin d’être la totalité de ce qu’on a récolté. »

Des collections nouvelles, et restaurées

Seuls 4.000 spécimens, sur le million qui est entreposé dans le centre de conservation du muséum à Bacalan, seront exposés. Parmi eux, 2.000 ont été restaurés. Comme ce squelette de baleine bleue. « Il va être réinstallé et suspendu au plafond de la salle d’exposition permanente, comme s’il était en train de nager. »

>> A lire aussi : VIDEO. Bordeaux: L'Arena de 11.000 places sort de terre

Il y aura d’autres grands spécimens : « Dans les nouvelles naturalisations d’animaux, nous avons un jeune hippopotame, qu’on a récupéré il y a peu de temps, un ours polaire, une girafe est en préparation, et il y aura des pièces des collections anciennes, comme un couple de lions… » Miss Fanny, l’éléphant d’Asie emblématique du muséum, retrouvera également sa place, dans le hall d’accueil en rez-de-chaussée.

A l’entrée, un couple d’animaux avec son petit sera présenté. « Sans doute un couple de zèbres, ou de chameaux, on hésite encore. L’idée est de faire un clin d’œil au musée des tout-petits. »

Un bâtiment qui fait peau neuve

Ceux qui connaissaient l’ancien muséum ne vont pas reconnaître le nouveau bâtiment, qui s’est littéralement transformé. « Le bâtiment date de 1780 et avait déjà été entièrement restructuré entre 1858 et 1862 », rappelle Nathalie Mémoire.

Quelques traces originales du museum original, comme cet escalier, seront conservées
Quelques traces originales du museum original, comme cet escalier, seront conservées - M.Bosredon/20Minutes

Mais il ne restera plus beaucoup de traces de ces modifications du 18e siècle. « Les salles ont été adaptées aux normes, notamment énergétiques. On a eu la possibilité par exemple d’installer un système original de récupération de calories dans le réseau d’assainissement qui passe au bord du bâtiment. Ce récupérateur va permettre de rafraîchir et de chauffer le bâtiment sans aucune consommation d’énergie fossile. »

Les salles sont entièrement refaites pour être adaptées aux normes du 21è siècle
Les salles sont entièrement refaites pour être adaptées aux normes du 21è siècle - M.Bosredon/20Minutes

Quelques salles garderont tout de même des marques originales, et plusieurs vitrines d’époque seront restaurées. Pour garder un esprit muséum. Mais muséum du 21e siècle.