Bordeaux: Le prolongement de la ligne C vers Blanquefort a trouvé son public

TRANSPORTS Depuis sa mise en service le 17 décembre 2016, la nouvelle branche de la ligne C entre Blanquefort et Cracovie-Ravezies a accueilli en moyenne près de 5.000 voyageurs par jour. Plus que prévu, selon Bordeaux Métropole...

Mickaël Bosredon

— 

Le prolongement de la ligne C du tramway dessert la gare de Blanquefort
Le prolongement de la ligne C du tramway dessert la gare de Blanquefort — M.Bosredon/20Minutes

C’est « une vraie surprise », assure Christophe Duprat, vice-président de Bordeaux Métropole en charge des transports. Depuis sa mise en service le 17 décembre 2016, la nouvelle branche de la ligne C entre la gare de Blanquefort et la station Cracovie à Bordeaux (près de la place Ravezies) a accueilli 4.800 voyageurs par jour (soit le nombre de descentes et montées enregistrées quotidiennement). Les estimations tablaient sur 4.500 voyageurs par jour.

>> A lire aussi : La billettique fait sa révolution sur le réseau TBM

La station qui reçoit le plus de monde est évidemment celle de gare de Blanquefort, avec 1.800 voyageurs par jour. « Des gens viennent de Parempuyre pour prendre le tram à Blanquefort, on le voit notamment sur les rames de 7h03 et 7h13 le matin, qui sont bondées, analyse Christophe Duprat. Le succès est tel que le parking relais de 250 places est déjà saturé. Nous allons construire 50 places supplémentaires, mais nous autorisons déjà les gens à se garer sur ce futur aménagement. »

La moitié des passagers ont pour destination Bordeaux centre

Les stations les plus populaires sont ensuite Cracovie, gare de Bruges et Frankton. « Nous notons également que le rabattement des bus vers le tramway fonctionne bien, même s’il y a encore des améliorations à trouver, notamment à Caychac où il subsiste de petits problèmes de correspondances. »

>> A lire aussi : Un tramway sur les boulevards toujours privilégié à Bordeaux

Environ la moitié des passagers (43 %) de cette nouvelle branche qui compte en tout six stations ont pour destination Bordeaux. Ils se rendent essentiellement entre Quinconces et Porte de Bourgogne, certains pour attraper une correspondance. Et le pic de fréquentation se situe entre 7 h et 9 h.

« Certaines personnes ont divisé par deux leur temps de trajet vers Bordeaux, assure l’élu. Alors, oui, cette ligne a coûté cher (125 millions d'euros), mais prenons le temps d’analyser les gains qu’elle procure, et le nombre de voitures ainsi évitées sur les routes. »

La création de cette extension, appelée dans un premier temps tram-train du Médoc, avait été attaquée devant le tribunal administratif, qui avait annulé le projet, avant qu’il ne soit définitivement validé en appel. Mais l’association à l’origine du recours, Trans’Cub, continue de dénoncer « un gaspillage d’argent public » estimant qu’un bus à haut niveau de service aurait été plus rentable. « Rapportés aux 330.000 déplacements en transports collectifs quotidiens sur l’agglomération, les seuls 5.000 déplacements de cette nouvelle extension ne représentent qu’une goutte d’eau » dit Trans’Cub.

Des rongeurs qui s’attaquent aux câbles et de l’huile qui gèle dans les aiguillages

Le premier bilan est donc positif pour Bordeaux Métropole, même s’il y eut quelques ratés. « La première semaine de fonctionnement, nous avons été victimes de la biodiversité, puisque des rongeurs se sont attaqués à des câbles insuffisamment protégés, ce qui a eu pour conséquence l’arrêt de la ligne. Et, pendant la période de froid, les températures qui sont descendues jusqu’à -10°C ont gelé l’huile des aiguillages, ce qui a aussi posé des problèmes techniques, auxquels nous avons remédié. Enfin, il y a encore de la pédagogie sur les horaires à faire, puisque les trams ne sont pas cadencés, il y en a parfois toutes les 10 minutes, parfois toutes les 20 minutes, il faut davantage expliquer cela. »

>> A lire aussi : La nouvelle branche de la ligne C vers Blanquefort est à l'arrêt depuis mardi soir

Prochain gros défi pour la ligne C : absorber le trafic de la LGV

Le prochain gros défi pour la ligne C du tramway, qui dessert la gare SNCF de Bordeaux Saint-Jean, sera l’arrivée de la LGV, le 2 juillet prochain. « Il va falloir absorber des TGV Duplex, qui peuvent contenir jusqu’à 1.600 passagers, sur le réseau de transports en commun bordelais, sachant qu’il y aura à certains moments un TGV toutes les 30 minutes. Mais nous sommes prêts. Nous sommes en capacité de renforcer la ligne C en stockant des rames à Carle-Vernet, ce qui nous permettra de faire circuler un tram toutes les 3’20. »

En septembre 2018, la ligne C connaîtra un nouveau prolongement, cette fois-ci au sud, à Villenave d’Ornon.